Aujourd’hui, j’inaugure un nouveau concept sur SeoMix : une chaine d’articles sur le thème de WordPress.

La chaine WordPressLe concept est simple : 9 blogueurs traitent un sujet commun en publiant chacun à un jour intervalle. Et le but de l’opération est tout aussi simple : traiter tous les aspects du thème, en répondant et en faisant évoluer le débat à chaque nouvel article.

La chaine WordPress, c’est quoi ?

Tout est parti du concept d’article synchronisé que j’avais organisé en janvier dernier sur SeoMix, et dans lequel 17 blogueurs publiaient simultanément sur un même sujet (en l’occurrence sur les Plateformes de contenus en 2012). En l’ayant mis en place, je me suis rendu compte de plusieurs défauts majeurs :

  • L’internaute avait beaucoup d’articles à lire en même temps.
  • Les contenus se recoupaient trop souvent pour dire la même chose.
  • Chaque article ne pouvait pas réellement critiquer ou apporter un autre point de vue au sujet puisque chacun publiait en même temps.

C’est donc en discutant avec 4H18, qui avait participé à ce billet synchronisé, qu’est venu l’idée : publier encore et toujours sur un sujet commun, mais cette fois-ci chacun à un jour d’écart pour que chaque blogueur puisse répondre au précédent. Le but est donc de réellement engager la conversation entre chaque participant et entre les audiences de chacun des sites. Dans l’idéal, on devrait réussir à faire ressortir un ou plusieurs grandes tendances sur le sujet, en l’occurrence les lacunes de WordPress, et pourquoi pas ensuite travailler ensemble pour faire bouger les choses.

Comme le nom de la chaine l’indique, le sujet choisi est « Que manque t-il à WordPress ?« . Je suis donc le premier à ouvrir les hostilités, et vous pourrez par la suite suivre les avis, points de vues et critiques d’autres utilisateurs et développeurs WordPress comme Geekpress, BoiteAWeb, Wabeo, WPChannel ou encore ScreenFeed.

NB : Sébastien Grillot, d’Insidedaweb, m’a fait remarquer par la suite que Br1o avait déjà fait un article sur le sujet des lacunes de WordPress, et que lui aussi avait demandé leurs avis à différents utilisateurs (dans une proportion plus petite). Comme quoi, les « grands esprits » se rencontrent…

Que manque t-il à WordPress ?

Entrons dans le vif du sujet : WordPress est un excellent CMS. Son évolution constante et rapide lui a permis de dépasser son statut de simple « moteur de blog » pour devenir un véritable outil de publication de contenus, pour n’importe quel type ou grandeur de site.

Mais à force de travailler avec, on se rend compte des lacunes de celui-ci, et des défauts récurrents auxquels on doit faire face.

WordPress est le CMS qui possède la plus forte part de marché dans le monde entier (environ 15%), bien loin devant ses principaux concurrents comme Drupal ou Joomla (moins de 3% pour chacun d’entre eux). La raison de ce succès vient d’une chose : la facilité d’utilisation et l’ergonomie générale du CMS. Mais c’est justement ce qui provoque certains problèmes récurrents.

Rôles et utilisateurs

Son premier défaut est la gestion catastrophique des rôles et des utilisateurs. Par défaut, WordPress donne accès à ces différents statuts:

  • Le visiteur lambda
  • L’abonné
  • Le contributeur
  • L’auteur
  • L’éditeur
  • L’administrateur
Les rôles des utilisateurs de WordPress
Les rôles des utilisateurs de WordPress

Chaque statut donne des autorisations prédéfinies pour accéder et utiliser les différentes fonctionnalités de WordPress (lecture, écriture, réglages, mises en ligne, …). Mais contrairement aux autres CMS, il est le seul à ne pas permettre nativement de :

  • créer un rôle supplémentaire, ou en supprimer un.
  • modifier un rôle.

Pour cela, il faut un plugin ou alors modifier directement le thème de WordPress (et ainsi mettre les mains dans le cambouis). Autrement dit, il n’est pas possible de créer un statut sur mesure facilement.

Pire encore, de nombreux plugins rajoutent des menus sans tenir compte de l’utilisateur. Certaines extensions sont ainsi accessibles dès le niveau abonné, ce qui bien entendu engendre des failles de sécurité énormes et un manque d’ergonomie pour certains utilisateurs.

Le hic, c’est qu’il est fréquent de devoir restreindre l’accès à différentes options et menus pour certains membres, soit parce que l’on veut garder la maîtrise de l’administration, soit parce que certains clients risque de planter leur propre site en n’ayant pas la compréhension nécessaire de l’interface de WordPress.

Il faut donc aller chercher dans les plugins pour pouvoir avoir une gestion plus fine des utilisateurs, ou aller coder directement dans le fichier functions.php pour élaguer l’accès à certains menus et paramétrages.

Le référencement de WordPress

Ce qui fait la force de WordPress, c’est la facilité avec laquelle on peut le positionner dans les moteurs de recherche sans avoir de notions de référencement naturel. En résumé, il est en partie optimisé pour que les différents moteurs comme Google, Yahoo ou Bing puissent comprendre facilement le contenu, l’indexer et le mettre en avant.

WordPress est ainsi bien plus efficace qu’un Joomla, qu’un Drupal ou encore qu’un Magento. Mais il est loin d’être entièrement optimisé. J’en avais déjà parlé lors de ma conférence sur le référencement de WordPress, ce CMS a plusieurs lacunes flagrantes qui pourraient pourtant être corrigées. Voici quelques exemples, parmi les plus flagrants:

Quand une extension d’URL n’est pas choisie (.php, .html, …), WordPress laisse le choix à l’utilisateur d’avoir ou non un slash final, tout en sachant que, quelque que soit le paramétrage, les deux URLs seront correctes et afficheront le contenu. Le simple fait de laisser cette possibilité va créer un doublon pour chaque adresse du site, provoquant ainsi une duplication de contenu inutile. Pour rectifier ce problème, il suffirait tout simplement de corriger les règles de réécriture par défaut dans le coeur de WordPress pour forcer l’ajout d’un slash quand il n’existe pas. En attendant, optez pour le plugin WordPress SEO pour corriger ce bug.

Autre lacune de WP : toutes les URLs de catégorie commencent par /category/. Hors l’utilisateur, tout comme les moteurs de recherche, comprennent que s’ils utilisent l’adresse /wordpress/referencement/, ils sont dans la catégorie « WordPress ». Là aussi, le cœur de WordPress pourrait corriger ce défaut, tout comme le fait actuellement le plugin WordPress SEO.

Plugin WordPress SEO, par Yoast
Plugin WordPress SEO, par Yoast

Encore un autre manque de WordPress au niveau SEO : l’affichage par défaut des articles complets dans le flux RSS, ce qui facilite grandement le travail des aspirateurs de sites qui vont dupliquer entièrement vos contenus (PaperBlog par exemple). Je sais ce que vous allez me dire : on peut le modifier dans l’admin. Le référenceur va donc pouvoir corriger le tir, mais la plupart des utilisateurs ne sauront même pas pourquoi d’autres sites copient aussi facilement leurs contenus et se retrouvent devant eux sur Google.

Dernier manque du CMS en référencement : les mots clés, où plutôt l’absence de mode d’emploi des mots clés. Honnêtement, ils sont utiles pour le référencement naturel, pour se positionner sur de nouvelles expressions et pour améliorer le maillage interne. Mais ce n’est vrai que s’ils sont utilisés avec parcimonie. Il faudrait que WordPress intègre un mode d’emploi ou une explication pour faire comprendre aux utilisateurs qu’un bon article WordPress :

  • ne doit jamais avoir plus de 2 ou 3 mots clés associés.
  • que ces mots clés doivent avoir un sens si on les prends seuls.
  • qu’ils ne doivent pas être identique au titre de l’article ou au titre d’une page ou d’une catégorie.

La recherche de WordPress

Maintenant que j’ai traité en profondeur ce que j’estime être les deux points noirs du CMS WordPress. J’y ajouterais donc plus rapidement deux autres défauts qui me gênent au quotidien, à commencer par la recherche.

Le moteur de recherche de WP est tout simplement catastrophique pour deux raisons : il n’affiche pas les catégories comme résultats potentiels, et il liste les résultats de manière illogique et non pertinente.Voici un simple exemple sur SeoMix : si je fais une recherche sur « ecommerce », voici les résultats par défaut de WordPress :

  1. La longue traîne (logique)
  2. Ecommerce : URLs et structure (logique)
  3. SeoMix V4 (illogique)
  4. A propos de Daniel Roch et SeoMix (illogique)
La recherche de WordPress
La recherche de WordPress manque de pertinence

La solution : le plugin WordPress WP Search comble le manque. Voici pour exemple les 4 premiers résultats avec le plugin :

  1. La nouvelle réglementation Ecommerce
  2. Ecommerce: urls, catégories et balise canonical
  3. L’impact du temps de chargement sur le e-commerce
  4. La longue traîne, expliquée à ta mère…

Mais normalement, cela devrait faire partie inhérente du CMS, et on ne devrait pas avoir besoin d’un plugin pour cela !

WordPress et le ecommerce

Last but not least : WordPress est sérieusement à la traîne en ecommerce.

La raison de ce retard est simple : la conception du CMS n’a jamais été prévue pour cela au départ. Et cela commence dès la gestion des utilisateurs dont j’ai parlé avant : il va être difficile de mettre en place correctement des niveaux d’utilisateurs pour la gestion quotidienne de la boutique (utilisateur, référenceur, gestionnaire de stock, chargé de clientèle, responsable service après vente, …).

Et encore, si la gestion des utilisateurs était la seule chose qui posait problème, on pourrait franchir le pas. Mais tout doit être développé et créé sur mesure pour arriver à une boutique « basique », comme par exemple :

  • l’interface avec la banque ou PayPal
  • la gestion du panier
  • la gestion des stocks
  • la gestion du cross-selling
  • la gestion des encarts promotionnels, des nouveautés, des coups de coeur
  • la gestion du service après vente
  • la gestion des devises ou des frais de livraison

Certains vont me dire que des plugins ou que des thèmes existent pour créer une boutique sur WordPress, et je leur dirais qu’ils ont raison si s’ils veulent lancer une petite boutique de 5 ou 10 produits. Mais si comme moi chez Bien et Bio vous bossez pour un site ecommerce avec plus de 1500 références produits, des milliers de commandes et de clients en base de données ou encore avec une gestion de flux de données pour les comparateurs et les places de marché, WordPress n’est PAS la solution (sauf si vous voulez réinventer la poudre).

La chaine WordPress continue

Bien entendu, tout cela n’est que mon avis sur ce qu’il peut manquer à WordPress.

Comme expliqué au début de cet article, le principe de la chaine est de suivre une flux continu de publications sur un même sujet. Étant le premier, vous n’aurez donc que mon article à lire pour aujourd’hui, mais je mettrais à jour les liens des autres participants ci-dessous au fur et à mesure de l’avancement de la chaine.

Parmi les blogueurs, développeurs et utilisateurs de WordPress, voici ceux qui donneront leurs avis sur les lacunes du CMS :

Bien entendu, je ferai un point quand la chaine WordPress aura été menée à son terme, tant pour résumer ce qui s’est dit sur le CMS (et sur ce qu’on peut faire ensemble pour l’améliorer) que pour connaître l’intérêt en référencement d’une telle chaine de contenus.

Bonne lecture à tous, et n’hésitez pas à donner votre avis.