Référencement e-commerce : une stratégie SEO de A à Z

Publié le 13 octobre 2022 Référencement naturel

Vous ne savez pas comment développer la stratégie SEO de votre boutique en ligne ? Suivez les étapes de ce guide pour booster votre référencement e-commerce !

Lorsqu’on se renseigne un peu sur le référencement naturel en participant à des conférences, en lisant des articles de blog ou des livres de référence comme l’ouvrage « Optimiser son référencement WordPress », on peut se retrouver rapidement submergé de nombreuses bonnes pratiques à mettre en place pour optimiser son référencement.

Qu’il s’agisse d’optimisations techniques, de contenu ou de netlinking, il n’est pas forcément simple de savoir dans quel ordre attaquer sa stratégie ni quelles sont les actions réellement prioritaires.

Avec les sites volumineux, c’est d’autant plus vrai ! Et les boutiques e-commerce sont souvent des sites avec de nombreuses pages, fiches produits et catégories.

Alors comment mettre de l’ordre dans tout cela et attaquer efficacement les optimisations ?

Dans ce guide, je vous propose un plan d’action type avec des points de contrôle qui vous permettront d’établir une feuille de route pour déployer votre stratégie d’optimisation e-commerce. À la fin de ce guide, si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à prendre contact avec notre agence SEO pour vous aider à mettre en place cette feuille de route !

Le SEO, meilleure source de trafic pour une boutique en ligne

Avant tout, est-il vraiment nécessaire de faire du SEO pour son e-commerce ? Après tout, en renseignant ses fiches produits, il est déjà possible de recevoir un peu de trafic de la part de Google et les canaux d’acquisition webmarketing ne manquent pas : Google Ads, Social Ads, réseaux sociaux, newsletters… Le SEO n’est finalement qu’une source de trafic parmi d’autres.

Et pourtant, il offre des aspects uniques qui peuvent vraiment développer le chiffre d’affaires de votre boutique. Voici un aperçu :

  • Le SEO est un investissement. Le travail réalisé offre un trafic durable à votre site. Si vous arrêtez de déployer votre stratégie, vos efforts passés continueront de vous fournir du trafic ;
  • Le SEO apporte de la légitimité : une boutique en haut des résultats de recherche de Google sera plus rassurante pour l’internaute qu’une publicité pour un site inconnu. On bénéficie indirectement d’une forme de « label » de confiance de la part du moteur ;
  • Le SEO rayonne sur tout le site. Si vous développez votre visibilité sur une rubrique de votre boutique, cela renforcera l’autorité de votre domaine et pourra avoir un impact positif sur d’autres produits que vous vendez ;
  • Le SEO vous conduit à améliorer l’UX de votre boutique en ligne (l’ergonomie). De nombreux critères de classement valorisent une bonne expérience de navigation. Travailler son SEO peut améliorer les conversions.

Si vous avez lu l’article jusqu’ici, vous commencez sans doute à être convaincu de l’intérêt du référencement pour une boutique e-commerce.

Très bien, mais par où on commence ?

Je vous propose dans la suite de passer en revue une stratégie SEO « type » pour un site e-commerce adaptée pour la plupart des tailles de site, de la petite boutique avec 10 références à la grande marketplace au catalogue riche de milliers de produits. Vous pourrez librement adapter cette proposition de feuille de route pour déployer votre stratégie.

Étape 1 : l’audit SEO

Toute stratégie SEO digne de ce nom doit commencer par un audit SEO. Cela est surtout vrai pour les sites existants, mais garde également un intérêt pour les futurs sites. L’audit de référencement e-commerce consiste à analyser le site et à passer en revue un ensemble d’aspects liés à sa visibilité organique. On parle notamment des éléments suivants :

  • Le socle technique du site, ses éventuels freins à l’indexation, à l’exploration et le code HTML des pages ;
  • Comment Google perçoit le site avec ses robots ;
  • Les contenus existants ;
  • La structure ;
  • Le netlinking.

Audit de mots clés e-commerce

Au-delà de ça, l’audit doit permettre de mettre en évidence l’environnement dans lequel le site évolue (sur les moteurs de recherche évidemment). Il faut donc déterminer les points suivants :

  • Comment les internautes recherchent ce que vous proposez (audit de mots clés) ?
  • Quel est l’état de la concurrence sur ces mots clés ?
  • Comment performe actuellement votre site ?
  • Quel est le niveau d’effort et d’investissement à produire pour faire comprendre à Google que l’on est plus populaire et pertinent que ces concurrents ?

Chez SeoMix, nous avons l’habitude de réaliser ce type d’audits de mots clés. Lorsque l’on analyse les requêtes intéressantes pour un site e-commerce, on peut rapidement se retrouver sous des volumes difficiles à trier étant donné le nombre de termes différents qu’un internaute peut utiliser pour rechercher les produits proposés. Il faut alors mettre de l’ordre dans tout cela pour réaliser une feuille de route actionnable.

À partir d’un outil de recherche de mots clés tels que Semrush, KWFinder, Ahref, Sistrix ou le Keyword Planner de Google Ads, je vous recommande de découper votre audit de mots clé en plusieurs sous-rubriques en suivant le plan suivant.

  1. Votre marque ou nom de boutique. Si le nom de votre e-commerce est déjà connu par les internautes, votre site pourra enregistrer du trafic sur ces mots clés. C’est généralement la page d’accueil qui ciblera ces termes, voire une page à propos. Il est habituellement très facile de se positionner sur votre nom de marque et de recevoir quelques clics faciles et qualifiés ;
  2. Recherchez le terme de plus générique qui représente l’ensemble de vos gammes de produits à la vente. Ce terme pourra servir pour travailler votre page d’accueil ;
  3. Ensuite, séparez chaque type de produits que vous vendez en différentes catégories et faites un sous-audit de mot clés sur chaque rubrique en recherchant :
    1. Les mots clés génériques qui correspondent à la gamme de produit vendus ;
    2. Les mots clés secondaires qui correspondent à des mots clés plus précis et qui pourront servir à créer des catégories secondaires ;
    3. Les mots clés qui correspondent aux noms des produits vendus, ils seront utilisés pour optimiser les fiches produits ;
    4. Les marques des produits vendus dans cette catégorie, avec éventuellement une déclinaison du type de produit, par exemple : « chaussures Nike » plutôt que « Nike ».

Il suffit ensuite de reproduire ce plan sur l’ensemble des produits vendus pour avoir un audit de mots clés complet qui permettra ensuite de déployer une structure optimale pour votre boutique en ligne.

Pour vous permettre d’y voir plus clair, nous allons prendre un exemple avec une boutique fictive qui propose des coques de smartphone appelées « e-coquette ». Les volumes de recherche indicatifs sont issus de l’outil Sistrix ici :

  1. La page d’accueil ciblera les mots clés « e-coquette » et « coque smartphone » (750 recherches mensuelles)
  2. Les principales catégories pourront cibler des termes comme :
    1. Coque smartphone personnalisée (100 recherches mensuelles)
    2. Coque projecteur pour smartphone (100 recherches mensuelles)
    3. Coque smartphone bois (60 recherches mensuelles)
    4. Coque étanche smartphone (40 recherches mensuelles)
    5. Etc.
  3. Les catégories secondaires de « coque smartphone personnalisée » pourront cibler les mots clés suivants :
    1. Coque personnalisée photo
    2. Coque personnalisée initiales
    3. Housse téléphone cuir personnalisable
    4. Coque personnalisée cuir
  4. Les fiches produits pourront cibler des mots clés par modèle de smartphone :
    1. Coque smartphone Pixel 6a (20 recherches mensuelles)
    2. Coque smartphone Xiaomi Redmi note 9 (80 recherches mensuelles)
    3. Coque smartphone Samsung a20e (20 recherches mensuelles)

Si vous disposez de plusieurs modèles de coque par smartphone, elles pourront cibler des mots clés plus précis comme « Coque smartphone Samsung a20e bleue ».

  1. La catégorisation par marque ciblera des mots clés tels que :
    1. Coque smartphone Huawei (100 recherches mensuelles)
    2. Coque smartphone Samsung (150 recherches mensuelles)
    3. Etc.

En identifiant l’ensemble des mots clés pertinents, vous pourrez construire un site qui répond efficacement aux recherches des internautes. Et cet audit de mots clés permettra de chiffrer les opportunités de visibilité sur votre marché et de comptabiliser le nombre de pages à créer et à optimiser, donc le budget de contenu à prévoir.

Exemple d'arborescence lors d'une refonte de site
Un exemple d’arborescence suite à un audit de mots clés

Audit SEO technique e-commerce

Dans une stratégie SEO, l’objectif principal est de se rendre visible auprès de nouveaux visiteurs, toujours plus nombreux. Mais pour cela, on passe par l’intermédiaire d’un internaute très particulier : les robots des moteurs de recherche. En l’occurrence GoogleBot, appelé également le Spider.

Il faut donc s’assurer d’offrir à ce visiteur spécial le meilleur accueil. Celui-ci est très curieux et tentera d’explorer l’ensemble des pages de vos sites pour en comprendre le contenu.

L’audit technique vise donc à s’assurer qu’aucun frein ne vient le bloquer lors de la découverte et l’analyse de vos contenus. L’audit SEO technique e-commerce est réalisé en consultant les pages avec les yeux de GoogleBot et en réalisant un ensemble de points de contrôles.

Celui-ci doit mettre en évidence les difficultés que peut rencontrer le moteur de recherche à percevoir vos pages et les opportunités techniques manquées pour le SEO.

Tous les problèmes relevés ne se valent pas et si certains n’auront aucun impact perceptible sur le ranking d’un site, d’autres peuvent ruiner tous les efforts faits par ailleurs sur le contenu, la structure ou la popularité. Il est donc souhaitable de faire réaliser l’audit technique par un expert SEO qui saura pondérer les erreurs relevées.

Pour rappel, si vous souhaitez réaliser un audit SEO technique pour votre boutique en ligne, n’hésitez pas à contacter nos experts.

Un audit SEO technique digne de ce nom doit se conclure par une feuille de route qui liste et priorise les éléments qu’il faudra corriger.

Audit de popularité e-commerce

Dernière brique essentielle de votre audit de référencement e-commerce : le netlinking. La popularité conserve une place majeure dans les critères de classement des moteurs de recherche.

Cela signifie que si vous rendez votre site parfait techniquement et que vous intégrez l’ensemble des contenus permettant de cibler tous les mots clés identifiés dans l’audit de mots clés, ces efforts peuvent être vains tant que votre site ne dispose pas d’une popularité suffisante… par rapport à votre concurrence.

L’audit de popularité s’appuie donc sur la liste de mots clés que vous allez cibler dans votre stratégie SEO et détermine le niveau de popularité des sites positionnés sur ces derniers. En les comparant avec votre niveau de popularité actuel, vous pourrez facilement déterminer le rythme d’acquisition de liens à prévoir par des opérations d’achats d’articles sponsorisés ou de relation presse.

À ce stade, vous vous retrouvez donc avec une feuille de route qui précise les éléments suivants :

  • Les mots clés à cibler ;
  • Une idée du budget contenu à prévoir ;
  • Les problèmes techniques à corriger ;
  • Vos besoins en termes d’acquisitions de lien.

Il est temps de lancer le travail opérationnel et déployer les correctifs et évolutions sur votre site e-commerce pour le faire ranker et recevoir du trafic !

Étape 2 : corriger les problèmes techniques

La technique est le pilier fondamental du référencement de votre site. Il est donc tout naturel de s’attaquer à ce sujet en premier. Partez de la feuille de route établie à l’issue de l’audit technique et avec l’aide d’un développeur ou d’une agence spécialisée, corrigez les différents problèmes relevés dans l’ordre de priorité.

Voici les problèmes SEO techniques les plus courants et problématique que l’on peut rencontrer sur un site e-commerce.

Mobile first

Depuis 2018, Google crawle la version mobile de votre site. Si votre boutique en ligne pose des problèmes de compatibilité sur smartphone, il est essentiel de les corriger.

Cela aura aussi un impact sur vos ventes puisque vos futurs acheteurs utilisent différents supports dans leurs parcours utilisateurs : mobiles, tablettes, ordinateurs fixes, ordinateurs portables, etc.

SEO sur mobile
Lors de son parcours d’achats, vos clients peuvent être sur mobile, et Google l’est toujours : il faut être compatible mobile !

Maillage interne, facettes et URL à paramètres

GoogleBot est gourmand. Dès qu’il voit un lien interne, il va vouloir le suivre pour découvrir la page qui se cache derrière. Mais son « temps » est limité et après avoir exploré un certain nombre de pages, Google consacrera de l’énergie à d’autres sites. Vous comprenez donc qu’il est important de s’assurer que le Spider ne se rend que sur des pages intéressantes de votre site web, à savoir des pages qui ciblent des mots clés qualifiés et recherchés.

Sur de nombreuses boutiques en ligne, cela peut être saboté par le système de navigation à facette permettant de filtrer les produits affichés sur une page (par tranche de prix, marque, note…). En effet, ces filtres génèrent parfois une nouvelle URL accessible à GoogleBot.

En multipliant les combinaisons de filtre, on se retrouve rapidement à avoir un nombre énorme d’URL peu pertinentes. Il faut donc absolument éviter cela ! Le mieux est d’obfusquer (de cacher à Google) par défaut les liens vers la navigation à facette ou de gérer le filtrage par de l’AJAX. Mais comme nous le verrons plus bas, la navigation à facettes présente également de belles opportunités pour la visibilité SEO de votre boutique !

Un autre ennemi à votre « budget crawl » sont les URL à paramètres qui existent parfois sur ces systèmes de tri des listes de produits (par prix, taille, avis…), mais aussi pour d’autres fonctionnalités, par exemple de partages.

Il faut donc éviter d’avoir recours à ces pratiques. Si le CMS génère des paramètres dans l’URL, je recommande a minima de s’assurer que les liens vers les URL à paramètres ne sont pas accessibles à Google.

Ce problème ainsi que les risques liés à la navigation à facette peuvent également être partiellement traités par une bonne configuration de balises canoniques.

Balisage Hn

Le balisage des titres H1, H2, H3 permet à Google de bien comprendre la structure de chaque templates.

Sur tous les sites que nous avons audité chez SeoMix depuis 2013, nous pouvons sans doute compter sur les doigts d’une main ceux pour lesquels le balisage était correctement optimisé.

Celui-ci doit valoriser les titres et intertitres du contenu spécifique à la page et être organisé avec une hiérarchie cohérente.

Un titre de niveau 3 doit venir dans une rubrique commençant par un titre de niveau 2.

De même, les éléments communs à toutes les pages (header, footer, sidebar…) ne doivent pas être balisés avec une balise <h> car ils n’offre pas d’apport sémantique pertinent par rapport au cœur du contenu de la page.

Au début du déploiement de la stratégie, il est recommandé de corriger les éventuelles erreurs sur votre site pour vous assurer que Google comprendra parfaitement la sémantique et les sujets abordés sur chacune de vos pages.

Pagination

Dès qu’un listing de produit dépasse un certain nombre de références affichées, il est nécessaire de recourir à une pagination. Ce mode de navigation n’est pas optimisé pour le SEO, c’est pour cela qu’il est important de respecter des bonnes pratiques lorsqu’on en déploie une.

Nous vous recommandons de consulter notre article sur la création d’une pagination optimisée pour le SEO pour la mettre en place.

Temps de chargement

Que ce soit pour favoriser l’expérience de navigation, la conversion, l’optimisation du taux de crawl mais aussi le ranking de vos pages, il est important de vous assurer d’avoir un temps de chargement optimisé.

Déployés depuis 2020, les Core Web Vitals sont les indicateurs pris en compte par le moteur de recherche Google pour déterminer la vitesse de chargement d’une page web. Les performances sont ensuite indiquées dans le rapport « signaux web essentiels » de la Search Console.

Signaux web essentiels dans la Search Console de Google

Les éléments ralentissant un site web peuvent provenir de nombreux facteurs comme par exemple :

  • Un serveur sous-dimensionné
  • Des images trop lourdes
  • Une multiplication inutile des requêtes
  • Un système de cache défaillant ou absent.

Avant de vous attaquer à la suite de la stratégie, je vous recommande de vous assurer de faire valider les Core Web Vitals à l’ensemble de vos modèles de pages (catégories, accueil, pages d’information, fiches produits…).

Attention cependant, sur un petit site, l’impact sur le SEO est faible, mais il sera fort sur le taux de conversion et l’expérience utilisateur. Sur des sites plus gros, l’impact sera plus important.

Pour aller plus loin sur le sujet, consultez notre article sur les spécificités techniques des sites e-commerce.      

Étape 3 : optimisez vos templates

Après avoir déroulé la check-list de correctifs techniques et avant de vous attaquer à vos contenus, il est temps de s’assurer que vos modèles de pages vont offrir la meilleure expérience possible d’un point de vue SEO.

Voici certains éléments qu’il faudra retrouver sur l’ensemble de vos pages :

  • Une balise title et meta description optimisées ;
  • Des attributs alternatifs dûment renseignés sur les images ;
  • Un fil d’ariane ;
  • Des blocs de contenus administrables complètement (possibilité d’ajouter des images, du texte avec des balises HTML, intégration de vidéo…) ;
  • Un header et un footer le plus épuré possible. Cela signifie qu’il contiendra le minimum de liens vers des pages non pertinentes en SEO ;
  • Pas de méga menu. Le menu ne doit idéalement que renvoyer vers les catégories principales. Les liens vers les sous-catégories doivent être dynamiques selon la catégorie actuellement consultée. 

Voici des recommandations plus précises sur les principaux types de pages e-commerce :

Page d’accueil

La page d’accueil doit accueillir les éléments suivants :

  • Un titre qui contient le mot clé ciblé ;
  • Un bloc de texte présentant la boutique, le type de produits vendus, des éléments de réassurance ;
  • Les produits phares ;
  • Des portes d’entrées avec des liens cliquables vers les principales catégories ;
  • Les derniers avis clients sur la boutique ;
  • Des informations de contact ;
  • Des éléments de réassurance.

Pages de catégories

Les pages de catégories viendront souvent cibler les mots clés les plus génériques, donc d’une manière générale les plus recherchés et les plus concurrentiels. Il est indispensable de les optimiser pour en tirer les meilleures performances en référencement.

Une page de catégorie optimisée pour le SEO viendra notamment intégrer les éléments suivants :

  • Le nom de la catégorie ;
  • Des liens vers les catégories liées (cela peut être dans la sidebar) ;
  • Le listing de produits ;
  • Les éventuels filtres et systèmes de tri en suivant les recommandations techniques présentées plus haut ;
  • Des liens vers des articles de blog en lien avec la thématique (soit les derniers d’une catégorie de blog dédiée, soit des articles choisis manuellement ;
  • Un bloc contenant des liens vers les produits phares de la catégorie (qu’on ne retrouve pas dans le listing principal.

La catégorie SEO doit également intégrer le balisage schema.org Aggregate Ratings qui propose une synthèse des avis clients sur les produits qui y sont rattachés.

Pour aller plus loin dans l’optimisation SEO des pages de catégorie de votre site e-commerce, nous vous invitons à parcourir cet article : Comment optimiser une page de catégorie ecommerce pour le SEO ?

Fiches produit

Les fiches produits cibleront des mots clés très qualifiés, avec un besoin exprimé par l’internaute particulièrement précis. Cela signifie que si elles ont un positionnement sur Google sur le bon mot clé, elles seront consultées par des internautes proches de l’acte d’achat.

Elles se situent dans les dernières étapes du tunnel de conversions et peuvent rapidement devenir les pages générant le plus de trafic et de chiffre d’affaires de votre boutique. C’est pour cela qu’il est particulièrement important de ne pas les négliger, de les faire cibler des mots clés recherchés et accueillir des visiteurs prêts à acheter vos produits. Voici quelques règles de base à prévoir : 

  • Le nom du produit ;
  • Un contenu qui présente le produit, son utilisation, à qui il s’adresse, ses caractéristiques et avantages et qui en vulgarise les aspects techniques ;
  • Des liens internes dans ce contenu vers la catégorie principale, des produits similaires et si c’est pertinent, vers la page de marque du produit ;
  • Lorsque c’est pertinent : des questions réponses sur le produit qui seront balisés en FAQ ;
  • Lorsque c’est pertinent : un guide d’utilisation du produit avec le balisage How-to ;
  • Des multiples photos du produit ;
  • Si possible : une vidéo de présentation du produit ;
  • Des avis clients qui ont acheté le produit ;
  • Des éléments de réassurance ;
  • Un bloc « produits similaires » bien configuré qui renvoie vers des produits de la même gamme ;
  • En cas de variation du produit (taille, couleur…), si la variation fait l’objet de recherche dans Google, créez des fiches parallèles avec leurs propres URL et de légères variations dans le texte. Sinon, conservez une seule fiche qui intègre les variations ;
  • Un lien vers un ou plusieurs articles de votre blog en lien avec le produit ;
  • Un ou plusieurs call to action (d’ajout au panier).

Il est indispensable d’intégrer le balisage Product sur votre fiche produit.

À noter que parfois, les outils de recherche de mots clés peuvent présenter leur limite sur les expressions de longue traîne très précise et ne renvoyer aucune donnée sur ces termes. Dans ce cas, je vous recommande de consulter les performances de la page produit dans la Search Console afin de repérer le mot clé sur laquelle elle enregistre le maximum d’impressions et de l’optimiser pour ce terme.

Article de blog

Les articles de blog sont un excellent moyen de renforcer la pertinence et l’autorité sémantique de votre site dans votre niche mais surtout, d’aider l’internaute à évoluer dans son parcours d’achat en nouant une relation de confiance avec lui.

Le template d’article de blog pourra également renvoyer les internautes vers les produits que vous proposez.

Il doit donc proposer un champ de saisie complet permettant d’intégrer la plupart des contenus multimédias : texte balisé en HTML, vidéos, images… mais également des références produits ou des call-to-action vers vos catégories mentionnées dans vos articles.

Une fois arrivée à cette étape, on dispose d’une base technique saine et de tous les ingrédients qui permettent de déployer le cœur opérationnel de la stratégie SEO pour faire gagner en visibilité votre boutique e-commerce.

Étape 4 : Déployez votre structure

A partir de l’audit de mots clés réalisé thématique par thématique, il va être nécessaire de mettre en place la structure du site.

En SEO, ce terme est parfois confondu avec le menu du site. En réalité, cela va un peu plus loin. La structure désigne l’ensemble des choix de maillage interne qui sont réalisés entre les pages du site. Maillage interne dans lequel le menu joue évidemment un rôle essentiel.

D’un point de vue d’expérience utilisateur, le maillage interne doit permettre à l’internaute de réaliser le plus facilement possible ses objectifs, à savoir, acheter facilement le produit souhaité et s’informer dessus avant l’achat.

D’un point de vue SEO, il vient aussi permettre à Google :

  • D’explorer les différentes rubriques de votre site ;
  • De lui faire comprendre, par glissement sémantique, que vous êtes spécialiste des produits que vous vendez.

Les templates de sites e-commerces ont souvent la fâcheuse tendance d’ajouter des liens de navigation à de nombreux niveaux. D’une façon générale, il vous faut maîtriser l’ensemble des liens internes présents sur votre site.

Ensuite, on viendra suivre une démarche s’approchant de la suivante :

  • Le menu principal renverra vers les catégories principales identifiées dans l’audit de mots clés (on évite donc les mégas menus qui renvoient vers toutes les catégories)
  • Les catégories renverront vers différents éléments :
    • Les sous-catégories (accessibles que depuis leur catégorie parente) ;
    • Les produits de la catégorie ;
    • Les catégories proches de même niveau (appelées également catégories sœurs) ;
    • Des articles de blog en lien avec la catégorie

Ces liens peuvent être présents à différents niveaux :

  • Sidebar
  • Sous-menu contextuel
  • Dans le contenu
  • Système de filtres

Les fiches produits contiendront un lien vers :

  • Leur catégorie la plus précise (catégorie enfant) ;
  • Des produits similaires ;
  • Des articles de blog en lien avec le sujet.

Comme vu dans la rubrique sur l’optimisation technique, les filtres ne contiendront aucun lien cliquable, sauf dans le cas où un filtre correspond à un mot clé recherché.

Exemple : si les internautes recherchent « chaussures femme rouge taille 38 », il sera intéressant d’avoir un filtre indexable sur les critères « couleur : rouge » et « taille : 38 » avec une page optimisée (title, texte, description, produits filtrés…). La liste des facettes à rendre indexable sera déterminée par l’audit de mots clés.

Une fois la structure de base mise en place, nous allons attaquer un chantier par itérations successives qui doit être planifié.

Étape 5 : les axes d’optimisation de votre boutique

L’enjeu maintenant, c’est d’organiser les prochaines tâches par priorité pour être le plus efficace possible. Ne vous jetez pas tête bêche dans l’optimisation en travaillant vos fiches produits et catégories de façon aléatoire. Au contraire, créez une feuille de route.

Je vais vous proposer ci-dessous les principaux types de feuilles de route que vous pouvez mettre en place. Celle que vous choisirez dépendra principalement de votre modèle économique.

Selon vos ressources en rédaction et votre appétence pour certains sujets, vous pourrez également faire évoluer la feuille de route.

Dans tous les cas, il sera nécessaire de prioriser les actions. Je vous recommande de définir la priorité selon :

  • Le potentiel de rentabilité de chaque thématique à travailler (du plus élevé au moins élevé) ;
  • Le niveau de concurrence de chaque thématique (du plus bas au plus haut).

Par thématique

L’approche la plus classique est de travailler thématique par thématique. Pour cela, je vous invite à lister toutes les URL reliées à une sous-catégorie : la sous-catégorie en elle-même et les fiches produits rattachées.

Ensuite, il faut poursuivre par une recherche de mots clés pour identifier toutes les questions que se posent les internautes qui pourraient être intéressés par un achat de ces produits.

Une fois la liste des pages publiées et à créer établie, il faut mettre en place un processus de rédaction pour rédiger et optimiser les contenus de l’ensemble de ces URL. Enfin, déployez un maillage interne et externe entre et vers ces pages.

Lorsque c’est fait, vous pouvez passer à une sous-catégorie sœur et réitérer la démarche. Lorsque toutes les catégories enfant de la thématique sont optimisés, il faudra passer à la catégorie parent avant de passer à la prochaine thématique.

Selon vos capacités de rédaction, vous pourrez optimiser l’ensemble de vos contenus dans un délai calculable grâce au nombre d’URL à travailler.

Par produit phare

Il se peut que certains produits soient particulièrement intéressants en raison de leur coût ou du bénéfice que vous pouvez en tirer. Ce principe s’observe au travers de la loi de Pareto (les 80-20).

Si cela vous concerne, il peut être intéressant, plutôt que de travailler thématique par thématique, de d’abord vous concentrer sur l’ensemble de ces produits phares avant de reprendre la démarche proposée au-dessus.

Attention, si vous commencez par ces fiches produits, il sera sûrement nécessaire de refaire une passe sur le maillage interne vers et depuis ces URL lorsque vous optimiserez sa thématique.

Par opportunité

Si votre site e-commerce enregistre déjà du trafic SEO et que vos pages sont déjà indexées, il est probable que de nombreuses fiches produits ou catégories stagnent au-delà de la première page de Google.

Dans ce cas, il peut être intéressant de prioriser toutes ces URL qui remonteront plus rapidement dans les classements et vous permettront de rapidement enregistrer du trafic sur leurs mots clés potentiel.

Comment les identifier ?

Des outils gratuits ou payant vous permettent de facilement repérer les pages concernées, les lister et démarrer le travail d’optimisation.

Outil recommandé : la Search Console

  1. Rendez-vous dans la propriété de votre site sur la Search Console ;
  2. Ouvrez l’onglet « performances » ;
  3. Renseignez une plage de temps suffisante pour avoir de nombreuses données (6 mois ou un an par exemple selon le trafic de votre site) ;
  4. Ouvrez le sous-onglet performance, triez par impressions et affichez toutes les données (clics, CTR et position) ;
  5. Notez l’ensemble des URL qui ont de nombreuses impressions, mais des clics et un CTR faible. Triez-les ensuite par position moyenne ;
  6. Pour chaque URL, rentrez dans l’onglet requête de la Search Console pour savoir sur quel mot clé optimiser l’URL ;
  7. Recommencez jusqu’à avoir optimisé toutes les pages avec du potentiel.
Résultats SEO par URL dans Google Search Console
L’affichage des résultats SEO de vos URL dans la Search Console de Google
Mots clés positionnés en SEO pour une URL
Affichage des mots clés positionnés en SEO pour une URL dans la Search Console de Google

Une extension WordPress pour auditer son site ecommerce

Si votre site e-commerce est sous WordPress, l’extension SEO WordPress SEOKEY vous prépare tout le travail et vous permet de repérer en continu les URL avec du potentiel grâce au module d’audit !

Exemple avec un outil payant : SemRUSH

Les principaux outils de recherche de mots clés comme SemRUSH ou Sistrix offrent une fonctionnalité similaire avec l’analyse de performance par page d’un site. Voici la démarche à suivre sur SemRUSH.

  1. Lancez une analyse de votre domaine sur SemRUSH ;
  2. Consultez les mots clés organiques sur lesquels votre boutique est positionnée ;
  3. Ouvrez l’onglet « Pages » ;
Menu des pages dans l'outil SEMRush
  • Triez par la colonne « mots clés » et notez les URL qui se positionnent sur de nombreux mots clés mais qui n’enregistrent pas ou peu de trafic ;
Tri des URL positionnés par mot clés et trafic ans SEMRush
  • Optimisez ces URL pour leurs mots clés potentiels et recommencez.

Par saisonnalité

De nombreux produits sont sujets à des saisonnalités. Cela peut être le cas de vêtements, de chocolats, de produits de sport, les boutiques de cadeaux, etc. Si c’est votre cas, il est important de bien anticiper les optimisations avant la période clé de vente. En SEO, les actions peuvent prendre un peu de temps avant de faire sentir leurs effets.

Prévoyez une optimisation au moins 6 mois à l’avance de vos rubriques stratégiques en suivant le premier modèle de feuille de route présenté dans cet article.

Une fois celui-ci en place et optimisé, il pourra vous resservir d’une année sur l’autre. Lorsque la saison est passée, il suffit de réduire les liens internes principaux vers cette rubrique (en supprimant l’onglet du menu, de la page d’accueil…).

Si les catégories spécifiques à une saison doivent disparaitre du site entre les saisons, je vous recommande de mettre en place une redirection 302 (temporaire) vers la page d’accueil ou une catégorie proche et de rétablir les pages environ un mois avant le début des ventes saisonnières. Mais l’idéal reste le fait de garder l’URL intacte et de simplement retirer les liens vers elle.

Cela vous permettra de vous appuyer sur le travail réalisé d’une année sur l’autre.

Créez de nouvelles portes d’entrées vers vos produits

Si vous proposez de nombreux produits, parfois, il est possible de faire des « quick-wins » tout simplement en présentant vos produits sous d’autres mots clés qui correspondent aux recherches exprimées par les internautes.

Par exemple, une même catégorie de produit sera pertinente pour des internautes qui recherchent :

  • « protection téléphone eau »
  • « protection étanche téléphone »

Pourtant, ces deux mots clés sont recherchés par les internautes et les résultats diffères sur Google d’un mot clé à l’autre.

Résultats Google sur l'expression Protetion étanche smartphone
La recherche « étanche »
Résultat Google sur la requête Protection telephone eau
La recherche « protection eau »

Le simple fait de créer rapidement une nouvelle catégorie correspondant à ce mot clé et de lier les deux ensembles (les thématiques étant très proches) permet de multiplier les portes d’entrées vers votre site. Autrement dit, vous partez de la demande plutôt que du contenu de votre catalogue produit pour organiser vos pages.

Pour identifier les autres termes utilisés par les internautes vous pouvez vous appuyer sur :

  • L’audit de mots clés ;
  • Les autres termes sur lesquels vos pages rankent, grâce à la Search Console ;
  • Les termes saisis dans le moteur de recherche interne de votre site (grâce à Google Analytics).

Attention cependant à respecter les principes suivants si vous réalisez cette démarche :

  • Ne dupliquez pas le texte de description d’une catégorie à une autre. Privilégiez un contenu unique pour chaque catégorie, même si sur les nouvelles catégories vous pouvez vous contenter d’un contenu plus court pour des questions de gains de temps ;
  • Vérifiez toujours que les résultats sont distincts dans la SERP de Google en tapant les deux mots clés. Dans le cas contraire, cela ne fera que baisser vos performances de crawl.

Dérouler votre feuille de route sur l’ensemble du site

En poursuivant cette démarche sur l’ensemble des fiches produits et catégories existantes ainsi qu’en créant les nouvelles pages et articles de blogs répondant aux mots clés identifiés, vous pourrez bénéficier dans la durée d’une visibilité SEO croissante et qualifiée.

Étape 6 : Créer des liens externes

Nous avons vu que parmi les actions à réaliser dans les processus précédents, il était intéressant de créer des liens externes vers les fiches produits et catégories. Cependant, il ne faut pas perdre de vue un autre objectif : disposez d’au moins le même niveau de netlinking que les concurrents.

Cela signifie qu’en parallèle du travail d’optimisation récurrent des différentes URL, il faut s’assurer de mettre en place des méthodes d’acquisition de liens externe à un rythme suffisant pour rattraper puis dépasser la concurrence.

Le calcul est assez simple à réaliser. Une fois les profils de lien des concurrents et de votre site connus grâce à l’audit, il suffit de chiffrer le coût des campagnes d’acquisition de liens externes et de ventiler ce budget sur une période pour permettre un rythme de création de backlinks raisonnables.

Étape 7 : votre boutique est un conseiller de vente incontournable

Avec les étapes précédentes, nous avons déjà fait la majorité des actions de base pour une stratégie de référencement e-commerce performante qui a le potentiel de doper votre chiffre d’affaires. Mais il est possible d’aller plus loin !

Le moteur de recherche n’est pas là pour mettre en évidence des catalogues de produits, mais pour apporter des réponses à des internautes. Il est donc possible pour votre boutique de vous positionner sur ce sujet pour faire de votre site l’expert de votre thématique et développer votre image de marque en parallèle de vos ventes et renforcer la réputation de votre site.

La démarche consiste ici à vous appuyer sur votre blog pour développer continuellement des contenus informatifs qui aideront vos potentiels clients à faire le meilleur choix et à tirer le meilleur parti des produits que vous proposez.

La structure et le maillage interne permettent d’aller très loin dans votre démarche et donc de déployer un calendrier éditorial sur plusieurs années grâce à une démarche de construction en silo et en cocon sémantique.

Je recommande cependant de n’engager cette action qu’après avoir réalisé l’ensemble des tâches précédentes.

De l’acquisition à la conversion

En suivant l’ensemble du plan d’action proposé dans cet article, vous avez toutes les cartes en main pour faire de votre boutique le site de référence de votre marché sur les SERP !

Mais si recevoir du trafic est toujours agréable, il n’est pas question d’enfler des chevilles. Sans achats, les visiteurs ne serviront en rien votre entreprise !

Le SEO joue un rôle dans l’acquisition de trafic. Une fois le visiteur sur votre site, il faut le convertir en acheteur pour que la démarche soit utile. Je vous recommande donc de poursuivre la démarche avec un chantier d’optimisation pour les conversions (CRO) et de développement de l’expérience utilisateur (UX) pour faire décoller les performances de votre boutique !

Louis Bazile

Consultant SEO chez SeoMix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.