Rédaction SEO : comment bien écrire des contenus pour le web ?

Publié le 30 mars 2021 Rédaction et optimisation de contenus
Alexandre Rohou

Depuis l’arrivée du web au milieu des années 90, il y a eu énormément de changements. Auparavant, être visible sur internet n’était pas une nécessité, mais aujourd’hui tout le monde rêve d’être dans les meilleures positions sur Google ! Encore plus depuis la crise sanitaire et les confinements que nous avons subis.

Pour cela, il est important d’avoir des contenus optimisés pour Google sur son site internet. Bien rédiger ses contenus et les optimiser pour le SEO devient donc indispensable afin d’avoir de la visibilité.

On vous explique comment bien rédiger vos contenus pour le SEO et comment performer dans cet article ! Bonne lecture à tous !

Qu’est-ce que la rédaction SEO ?

Avec les millions de pages que Google, et les autres, indexent chaque jour, les critères pour proposer les meilleurs contenus évoluent. La rédaction SEO est née de l’ensemble de ses critères. L’idée de base de la rédaction SEO est de proposer un contenu qui va plaire aux robots des moteurs de recherche, pour être visible.

Il y a de ça maintenant 20 ans, pour se positionner avec un contenu de qualité, il fallait forcément apparaître dans les grands magazines. Aujourd’hui, la donne a changé. Tout le monde peut être visible, grâce au web, avec son propre contenu.

rédacteur web

Contrairement, à un article dans un journal ou un magazine, la rédaction web impose d’autres règles pour être lu et percutant.

La forme

Tout d’abord, elle implique la rédaction pour des supports numériques où les habitudes de lecture sont bien différentes. Les internautes consomment plus rapidement un contenu et privilégient souvent la lecture en diagonale.

Afin de faciliter cette lecture, il va être important d’aérer votre contenu. Il faut éviter que la lecture de votre article ou votre page soit pénible. Pour cela, nous vous invitons à exploiter les listes à puces, les intertitres ou encore des tableaux, si vous présentez des données comparatives, par exemple. Nous reviendrons sur la forme d’un contenu, un peu plus tard dans l’article.

Le fond

Pour les inciter à lire votre contenu, les éléments de réponses doivent apparaître au début, puis être développés par la suite. Le ton utilisé aura toute son importance également.

La rédaction web va vous permettre de gagner en visibilité, en classant vos contenus dans les meilleures positions sur les moteurs de recherche. Pour y parvenir, il faudra tenir compte des mots clés que vous ciblez, et du champ sémantique autour de ces mots clés. Pour attirer les visiteurs sur votre site, les différents concepts que nous allons évoquer sont indispensables.

La rédaction SEO : pour Google, mais surtout pour les internautes

Écrire pour des robots, c’est bien, mais écrire pour vos cibles, c’est encore mieux.

L’algorithme de Google évolue constamment. A titre d’exemple parlant, en 2019, Google a mis à jour son algorithme plus de 3620 fois, soit plus de 10 mises à jour par jour ! Ceci s’explique, en partie, avec le développement du machine learning.

Ce que Google cherche à faire, c’est de proposer le meilleur résultat et la meilleure réponse à l’internaute. Nous reviendrons un peu plus loin sur ce principe.

Revenons à nos internautes. Qui aime lire un contenu lambda sans valeur ajoutée pour répondre à une question ? Personne.

Des réponses à nos questions, nous pouvons les trouver en parcourant le web. Mais combien de temps faut-il ? Selon la requête et la question posée, nous voulons tous avoir notre réponse le plus rapidement possible, et surtout une réponse pertinente.

Hormis le fond du contenu, la forme est aussi primordiale. Qui arrive à lire un bloc de texte de 2000 mots sans relief ? Personne.

A l’heure d’aujourd’hui, Google et les autres moteurs de « réponses » prennent en considération le contenu texte comme priorité n°1, mais également la présence d’image, de vidéos explicatives, ou d’autres contenus multimédias.

La rédaction SEO c’est surtout de proposer le contenu qui répondra parfaitement à l’intention de recherche de l’internaute, et optimisé pour les robots de Google. Et non l’inverse.

Votre premier objectif est de générer du trafic, mais le second est beaucoup plus important : la conversion. Le nerf de la guerre, n’est-ce pas ?

Qui peut rédiger pour le SEO ?

Maintenant que vous avez bien saisi la théorie de la rédaction SEO, vous devez sûrement vous demander qui peut rédiger pour le SEO. La réponse est simple : toute personne. Il n’existe pas de formation parfaite mais un bon rédacteur peut facilement devenir un bon rédacteur SEO et un SEO peut aussi devenir un bon rédacteur.

Un rédacteur SEO, c’est surtout une personne qui comprend le sujet dont il parle et qui aura la capacité d’apporter des réponses concrètes et précises à l’internaute. Enfin c’est surtout une personne qui saura optimiser son contenu pour les moteurs de recherche en y insérant les bonnes expressions aux endroits dans la page web.

Vous avez peur du syndrome de la page blanche ? Commencez déjà par faire un « benchmark » sur le web pour savoir par quoi commencer. Le sujet ? Si vous êtes expert dans un domaine, vous aurez forcément des choses à dire.

Sachez que tout le monde à quelque chose à apporter dans son domaine, et qu’il ne sert à rien de dire « je ne sais pas écrire pour le web ». Commencez déjà par écrire à vos cibles, c’est ce qui compte.

Petite astuce : écrivez votre texte comme si vous aviez votre client en face de vous et conseillez-le en répondant à ses questions.

Comment bien écrire pour les moteurs de recherche ?

Nous avons passé en revue les éléments qui dessinent la rédaction SEO. La théorie est essentielle, mais le meilleur c’est la pratique. Nous sommes d’accord !

Nous allons vous présenter toutes les facettes afin que vous puissiez vous aussi rédiger votre premier contenu pour le web, ou optimiser ce que vous avez déjà rédigé. Fini le contenu non visible dans Google, bonjour le contenu 100% Google Friendly ! :)

Nous avons abordé précédemment les enjeux d’un bon contenu. Passons désormais sur les bases d’un contenu optimisé pour le SEO ! Avant de vous lancer dans la rédaction, essayez de comprendre les règles de base du SEO.

Définir un mot clé

Apparaître sur Google c’est primordial, encore faut-il se positionner sur une ou plusieurs expressions qui en valent la peine non ? Ce serait dommage de se positionner sur un mot clé qui n’est pas recherché par les internautes.

Le SEO sert avant tout à générer du trafic, mais surtout du trafic qualifié !

C’est ainsi que définir le bon mot clé est la première chose à faire avant de se lancer bêtement, la tête dans le guidon, sur un mot clé non pertinent.

La règle de base lorsque l’on veut créer un nouveau contenu : définir une ou plusieurs expressions cibles. Pour trouver les bonnes expressions, vous devez impérativement passer par la réalisation d’un audit de mots clés, pour votre page ou votre article.

Voici les questions à vous poser :

  • Est-ce qu’il représente bien ce que je veux proposer ? exemple : « chaussure nike rouge », si vous vendez des chaussures nike rouge.
  • Ce mot clé est-il concurrentiel ? Si oui, pensez mot clé de longue traîne.
  • Est-il un mot clé recherché par mes cibles ?
  • Sur quels mot clés se positionnent mes concurrents directs ?
  • Ce mot clé est-il utile pour mon référencement ? A-t-il une valeur ajoutée pour mon site ?

Afin de faciliter votre recherche de mots clés, avec les données associées, vous pouvez utiliser des outils tels que SEMrush, KWFinder de Mangools, ou encore le planificateur de mots clés de Google.

Vous l’aurez compris, un bon mot clé est un mot clé qui va vous faire gagner en visibilité sur le web, et toucher vos clients. Si ce n’est pas le cas, choisissez un autre mot clé.

L’intention de recherche

Vous devez aussi vous poser la question des attentes de l’internaute derrière un mot clé : est-ce que mes produits ou services répondent bien aux attentes de l’internaute ayant tapé cette expression ?

Prenons un exemple assez simple, le mot clé « kayak », avec un volume de recherche mensuel moyen de 453 000. Si vous vendez des canoës-kayaks, votre première pensée est de vouloir vous positionner sur le mot clé « kayak ».

Effectivement, à première vue, c’est logique. Mais en y regardant de plus près, vous avez deux problèmes majeurs face à vous.

  • Le premier, c’est la concurrence, sur un mot clé générique comme celui-ci, il va vous falloir du temps pour vous positionner, surtout si votre site est récent.
  • Le second, c’est l’intention de recherche.

En regardant la SERP (page de résultat de Google), on peut s’apercevoir que Google ne propose pas un type de résultat en particulier. Tout d’abord, vous retrouvez le site de comparatif « Kayak.fr », ensuite vous retrouvez une définition proposée par Wikipédia, et ensuite la location ou l’achat de kayak.

page de résultats Google sur la requête "Kayak"

Vous allez me dire « Mais, on voit bien qu’il est possible de faire du business sur ce mot clé ». Certes, sauf que sur les 453 000 recherches, il y a fort à parier que plus de la moitié des recherches soient pour le site de comparatif, ou même des internautes qui cherchent à voir ce qu’est un kayak, en comparaison avec un canoë. Alors oui, vous pouvez potentiellement faire du business, mais accrochez-vous, il va vous falloir du temps.

Comme nous l’avons dit précédemment, privilégiez un mot clé moins générique, qui sera qualifié par rapport à vos produits ou services: par exemple « achat kayak paris ». Moins de recherche, certes, mais l’intention de recherche est clairement définie : l’internaute cherche à acheter un kayak sur Paris.

Votre cible

Enfin, l’objectif du SEO c’est de générer du trafic, en touchant vos cibles.

Alors pour maximiser un trafic qualifié, réfléchissez comme vos cibles, et surtout « Persona Journey » (parcours client). Par quoi elles commencent leur recherche et quel est l’élément déclencheur pour passer à l’acte (achat, conversion, etc.).

Votre contenu va dépendre considérablement de ce qu’attendent vos cibles. Si vous manquez cette notion, vous vous tirez une balle dans le pied. Ce serait dommage.

comme des enfants

« Quand on génère notre premier lead grâce au site »

4 étapes indispensables pour réussir son contenu

Maintenant que vous disposez de toutes les bases solides, et de vos mots clés stratégiques pour vos pages, il est temps d’ouvrir votre fichier Word et de vous lancer dans la rédaction. Je vous ai préparé un guide pour, qu’à la fin, vous ayez une page complète, qui performera dans le temps.

1

1. Se renseigner sur le sujet

2

2. Comprendre Google

3

3. Rédiger

4

4. Optimiser !

1. Renseignez-vous en profondeur sur le sujet à traiter

Pour commencer la rédaction de votre contenu, il est évident qu’il faut préparer votre plan de rédaction. Comme une dissertation.

Donc pour se faire, rendez vous sur la SERP et regardez ce que propose Google sur votre requête. Analyser les réponses proposées par vos concurrents. L’idée derrière ça ? Brainstormer, pour… faire mieux que vos concurrents en proposant un meilleur contenu, bien plus complet. Il faut que Google vous considère comme le meilleur !

Vous l’aurez compris : analysez, comparez, brainstormez et préparez votre trame de rédaction.

Pour être certain de faire le tour du sujet et de ne rien oublier, vous pouvez préparer une Mindmap, qui va vous permettre de structurer visuellement vos pensées. Chaque branche de votre Mindmap représenterait une partie de votre contenu, avec une idée précise. Cela vous offrira la possibilité d’y voir plus clair.

Lorsque ce premier travail est réalisé, regardez ce que proposent vos concurrents et analysez les meilleures pratiques. Cela peut être sur la forme, avec du contenu multimédia, présent dans la page, par exemple (vidéo, infographie, Gif, etc.). Comparez vos idées avec les leurs. Ce travail de comparaison vous permettra de ne rien manquer, piocher les bonnes idées et proposer à vos visiteurs le contenu incontournable.

2. Comprendre ce que Google veut

Lorsque vous préparez votre plan de page pour la rédaction, il reste un autre élément à voir avant de se lancer dans la rédaction. Comprendre Google.

Comme vous pouvez vous en douter, à la fin c’est Google qui va décider les résultats qu’il va mettre en avant. Je ne peux que vous recommander d’aller parcourir les premiers résultats pour comprendre ce que Google propose sur la requête. Pensez à regarder le format proposé : vidéos ? Infographie ? Contenu d’actualité ? Guide ? Est-ce qu’il y a la présence d’un balisage schema.org (que vous pouvez vérifier grâce à l’outil de test des données structurées.

Sur le mot clé, analysez aussi ce que Google met en avant sur sa page de résultats. Par exemple, sur une requête locale, Google aura tendance à proposer une map avec les différents acteurs qui entourent l’internaute. Il peut y avoir des contenus d’actualités, c’est le cas sur une requête telle que « Covid-19 ». Ensuite, Google présente facilement des « PAA » (People Also Ask) avec des questions que se posent les internautes de façon récurrente.

Chaque requête dispose de sa SERP, selon les critères, tels que la concurrence, la localisation de l’internaute, de l’intention de recherche, les pages de résultats peuvent être diamétralement opposées. L’idée pour vous, est de prévoir sous quelle forme vous allez répondre à une requête, et cela passe par ce que Google propose déjà.

Votre contenu sera certainement de qualité, mais le format prend aussi une place importante pour Google.

3. La rédaction

Vous avez préparé votre plan en fonction de votre analyse, il est temps de passer au concret : la rédaction.

Pour cela, rien de plus simple : écrivez avec vos mots, laissez le SEO de côté pendant un moment, et conseillez vos cibles sur le sujet en question.

Si vous pensez trop SEO au moment de la rédaction, cela va rapidement se remarquer et ce ne sera pas naturel. Rien de pire que de lire un texte sans relief, avec certaines incompréhensions.

Sans penser SEO, vous pouvez tout de même penser l’expérience utilisateur. Rien de mieux qu’utiliser le storytelling pour captiver votre audience.

Voici quelques règles de bases pour la rédaction sur le web :

  • Une introduction qui va mettre l’eau à la bouche : présentez le contexte du problème que vous allez résoudre ;
  • Aérez votre contenu en ajoutant des espaces, multipliez les paragraphes, intégrez des tableaux (ni cela est pertinent)
  • Pensez aux phrases courtes. C’est beaucoup plus impactant.
  • Vulgarisez le contenu. Vous êtes expert, certes, mais pas vos cibles. Alors simplifiez votre champ sémantique pour que tout le monde puisse comprendre.
  • Mettez des mots en gras pour faciliter la lecture « en diagonale », et pour mettre en évidence des mots importants.
  • Surtout pas de fautes d’orthographe. Deuxième balle dans le pied, ça commence à faire mal.

On s’occupera de l’optimisation SEO à la fin.

4. L’optimisation SEO

Bon, vous avez rédigé votre contenu. Félicitations. Et si on optimisait votre SEO maintenant ?

Balise Title

Les balises Title ont un fort impact dans le positionnement d’une page. La balise Title est ce qui sera visible sur la page de résultats de Google (voir ci-dessous). C’est la première impression que les visiteurs ont sur votre site !

balise title

En bleu, la balise Title, en gris, la méta description

Et ça, Google en a bien conscience. Alors il s’efforce de présenter le meilleur résultat, avec la meilleure balise title, qui répondra le mieux à l’intention de recherche, et qui va, donc, inciter au clic.

Pour optimiser votre balise title, voici quelques astuces :

  • Le titre doit être explicite de ce que l’internaute va retrouver sur la page ;
  • Le titre doit être unique (pas de doublon avec une autre page) ;
  • Démarquez-vous ! (pourquoi vous ?)

Balise Méta Description

Pour reprendre l’image ci-dessus avec la balise title, la balise méta description est le texte grisé en dessous de la title.

Ce texte n’a pas d’impact pur en SEO. Mais à quoi il sert alors ? A optimiser votre taux de clic !

La balise méta description permet de proposer aux internautes un court résumé de ce qu’il va retrouver sur la page. Soyez attractifs !

Voici quelques règles de base à respecter :

  • Environ 160 caractères ;
  • Doit comprendre le mot clé (qui sera mis en gras par Google) ;
  • Etre impactant !

Balisage Hn

Si vous avez bien suivi jusqu’ici, vous avez utilisé un plan structuré pour votre contenu.

Donc, dans votre fichier Word, vous devriez avoir un titre 1,2,3 etc. Oui ? Très bien.

Sur votre site, il va désormais falloir baliser vos titres pour permettre aux moteurs de recherches de comprendre votre structure. Google est intelligent, mais il faut l’aider. 😊

article organisé

Avec une bonne structure et on y voit plus clair !

Sur le web, les titres 1,2,3, etc, sont les H1, H2, H3.

Donc balisez votre contenu en ce sens. Sachez également qu’il doit y avoir un seul H1, c’est le titre de votre contenu.

balisage Hn article rédaction seo

Le balisage Hn de cet article.

Optimisez sémantiquement votre contenu pour le SEO

Comme nous vous l’avons dit dans la phase de rédaction, commencez par vous exprimer sans penser au SEO.

Maintenant que cela est fait. Il est l’heure de vérifier si ce que vous avez fait est cohérent.

Il existe de nombreux outils pour optimiser votre contenu : 1.fr, yourtextguru, etc. Ces outils vous permettent de vérifier si vous avez bien traité tout l’univers sémantique autour de votre mot clé.

Le texte alternatif des images

Vous avez ajouté des images dans votre contenu, ce qui est très bien. Mais avez-vous pensé aux robots de Google et aux personnes avec un handicap visuel ?

Il faut partir du principe que les images ne peuvent pas être vues pour les robots et des personnes malvoyantes. Pour comprendre une image, il est essentiel d’ajouter un texte alternatif qui va décrire l’image.

Cela vous permettra aussi d’être référencé sur des requêtes dans Google Images, mais ce texte permet aussi aux logiciels pour les malvoyants de décrire l’image visible dans votre contenu.

Votre contenu sera, non seulement de qualité, mais également accessible pour tous !

Sachez aussi que le nom de votre fichier a aussi son importance, alors évitez les « image1.png ».

Le maillage interne

La notion de maillage interne, ça vous parle ?

Le maillage interne est un moyen de communication entre les différentes pages d’un site. Quand une page A fait un lien vers une page B, il s’agit d’un lien interne entre deux pages, c’est à partir de là que se tisse le maillage interne sur le site.

Lorsqu’un robot de Google, ou même un internaute lit votre contenu, le maillage interne va leur permettre de continuer à naviguer sur le site intuitivement.

Ce maillage interne vous évite de voir les robots ou les internautes, sortir de votre site après seulement une page consultée.

Le maillage interne a aussi son importance pour la structure globale de votre site. Il démontre la cohérence entre les différentes thématiques que vous traitez, et donne de la visibilité à vos pages plus profondes.

Il n’y a pas de nombre exact de liens internes à ajouter dans votre contenu. Faites-le de manière naturelle tout en respectant vos silos sémantiques.

5 erreurs à éviter en rédigeant pour le web

Voici quelques erreurs fréquentes à éviter quand on fait de la rédaction web. Ce serait dommage de gâcher votre contenu à cause d’une erreur évitable, non ?

1. Le plagiat, c’est mal !

Est-ce que quelqu’un a déjà apprécié de voir son contenu repris chez les autres ? Absolument personne. Cela ne va pas vous ravir de trouver le texte, que vous avez rédigé, atterrir sur un autre site… Vous avez passé du temps, et un autre en a profité pour réutiliser votre contenu.

Si vous n’approuvez pas cela, alors pourquoi le feriez-vous ? Une seule réponse (non valable) : « Je n’avais pas le temps ».

Cela tombe bien, le rédacteur n’en avait pas non plus.

Non seulement le plagiat n’est pas éthique, ni respectueux, mais il (heureusement) illégal ! Les droits d’auteur sont également valables sur les sites web.

Et pour les petits malins, Google le remarque aussi, et ça ne jouera pas en votre faveur.

Alors, il est formellement interdit de dupliquer du contenu existant. Votre référenceur vous remerciera. 😊

2. Les liens externes, oui, mais pas trop

Lorsque vous écrivez, il est tout à fait honorable de citer vos sources en ajoutant un lien externe vers ces sites. Mais il y a un problème. Il ne faut pas en abuser.

Plus vous ajoutez de liens externes, plus vous diluez la popularité de votre page.

Alors, vous pouvez mettre des liens vers d’autres sites, mais uniquement si besoin ou avec parcimonie.

3. Mot clé, mot clé, mot clé

Tout le monde le sait, et vous aussi, les mots clés c’est la vie sur Google. Par contre, est-ce qu’il faut mettre votre mot clé partout dans votre contenu pour « ranker » plus facilement ? La réponse est « non », cette méthode est largement dépassée aujourd’hui et elle ne vous permettra pas d’avoir un meilleur référencement.

A l’heure actuelle, arrêtez ce type de pratique, et placez uniquement votre mot clé dans les endroits importants : Balise title et H1, notamment. Bien évidemment placez-le dans le contenu. Ce qui va jouer c’est l’univers sémantique autour de votre mot clé.

Utilisez des synonymes, des variantes et autres expressions en lien avec votre mot clé, le principal reste toujours la même chose : une lecture agréable pour l’internaute.

4. Un contenu pauvre

Un contenu pauvre est un contenu de très faible qualité, avec aucune valeur ajoutée et un contenu très court, qui ne traite pas suffisamment du sujet.

Un contenu pauvre, c’est un contenu qui ne sera jamais positionné.

contenu pauvre

Un contenu pauvre que personne n’attend

Lorsque vous traitez d’un sujet, d’un problème, donc d’un mot clé, gardez toujours à l’esprit de faire mieux que vos concurrents pour vous positionner. Sinon, vous perdez votre temps, et Google aussi d’ailleurs !

5. Ecrire pour écrire

Le web est pollué de contenus sans relief, répétitifs et qui n’apportent rien aux lecteurs. Ne soyez pas comme ça !

Écrire pour écrire ne sert à rien. Vous êtes vous déjà dit à la fin d’un article « Je n’ai rien appris de plus, je viens de perdre 5min. » ? Si oui, vous comprenez à quel point c’est frustrant.

Lorsque vous rédigez votre contenu, démarquez-vous en offrant plus que des conseils, un nouveau regard. Votre contenu est gage de votre expertise et de votre notoriété. Ne bâclez pas cela.

Vous devez comprendre que la stratégie de contenu représente un élément très important pour votre stratégie webmarketing. Vous pouvez vous donner l’opportunité de devenir une marque forte auprès de vos cibles. Proposer un contenu qui plaît va donner de la valeur à votre image de marque, et c’est sur cet aspect que vous serez perçu comme différent de vos concurrents.

Besoin de conseils pour la rédaction SEO ?

Faites appel à nos services pour être accompagné par des experts sur l’optimisation de vos contenus pour le SEO !

La rédaction SEO en résumé

Vous l’aurez compris, la rédaction SEO est essentielle pour apparaître sur le web et apporter de la valeur à vos cibles, sur une vision à long terme. Voici les points importants à retenir de la rédaction SEO :

  1. La rédaction SEO c’est rédiger pour les internautes, en tenant compte des critères du web ;
  2. La rédaction SEO est accessible à tous dès lors que vous maîtrisez le sujet ;
  3. La rédaction SEO, c’est proposer votre expertise sur un sujet ;
  4. La rédaction SEO est bonne pour la santé de votre site ;
  5. La rédaction SEO est indispensable pour votre stratégie de contenu ;
  6. La rédaction SEO, c’est l’ambition d’être visible sur les moteurs de recherche ;
  7. La rédaction SEO, c’est plaire à vos cibles ;
  8. Bref, c’est la rédaction SEO, c’est simplement de la rédaction.

Alexandre Rohou Consultant SEO

Consultant SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *