SEM, SEO, SEA ou SMO… le webmarketing n’est pas vraiment avare en acronymes. Derrières ces termes se cachent différentes techniques qui permettent d’augmenter la visibilité et le trafic de votre site web. Quelle est la définition du SEO, du SEA, du SEM et du SMO ? Comment se différencient ces différents canaux et quels sont leurs avantages et inconvénients ? Dans cet article nous vous proposons un tour d’horizon des principaux leviers webmarketing d’acquisition de trafic.

Le SEO : référencement naturel

Qu’est-ce que le SEO ?

Le SEO est un acronyme issu de l’anglais qui signifie Search Engine Optimisation que l’on peut traduire par « référencement naturel ». Il se définit par l’ensemble des actions et stratégies qui visent à améliorer le classement et la visibilité d’un site dans les résultats organiques ou naturels des moteurs de recherche. Il s’agit des réponses qui sont proposées par les algorithmes de recherche des moteurs. Cela exclut donc les résultats publicitaires.

Page de résultat SEO
Un exemple de page de résultat d’un moteur de recherche

Référencement naturel : comment ça marche ?

Pour mener une stratégie de référencement naturel il est nécessaire de comprendre comment les algorithmes des moteurs tels que Google classent les résultats de recherche. Le but est d’optimiser le site selon ces critères de positionnement pour atteindre la première page sur des mots-clés déterminés.

La première étape est de réaliser un audit SEO qui permet d’identifier les concurrents du site, et de mettre en évidence ses points forts et ses points faibles.

Les actions du référencement naturel se mènent ensuite sur le long terme et sont structurées autour de trois piliers :

  • Optimisation technique : s’assurer que le site est bien lisible pour les moteurs de recherche ;
  • Amélioration des contenus du site : rédiger des textes structurés pour le web qui répondent au mieux aux requêtes des internautes ;
  • Création de liens externes (netlinking) : c’est à dire augmenter la popularité du site.

On distingue souvent deux catégories de SEO

  • Le référenceur White Hat ou « chapeau blanc » qui respectera les guidelines des moteurs de recherche ;
  • Le « Black Hat SEO » pour qui la seule règle qui compte est le résultat de sa stratégie de référencement naturel en termes de visibilité. Ces référenceurs sont plus exposés aux pénalités des moteurs de recherche.

Les avantages du SEO

  • Le référencement naturel peut générer un trafic gratuit ou à un coût relativement faible.
  • Il représente souvent l’une des plus importantes sources de trafic sur le long terme
  • Les bénéfice d’une optimisation SEO peuvent durer dans le temps et livrer un trafic qualifié continu tant que le site se maintient sur ses mots-clés stratégiques, même quand on a arrêté de travailler son référencement (il continuera cependant de diminuer si on ne fait rien).
  • Un site bien référencé inspire confiance et renvoi un signal positif de réputation. Si Google place ce site en tête des résultats, c’est qu’il est fiable non ?
  • Les bonnes pratiques de l’optimisation SEO sont proches de celles de l’ergonomie et de l’accessibilité. On améliore donc également la qualité globale du site.

Les inconvénients du SEO

Le référencement naturel est un levier d’acquisition qui présente toutefois ses limites.

  • Le SEO demande du temps et nécessite un effort sur le long terme. Il faut souvent plusieurs semaines à plusieurs mois avant d’observer les premiers résultats.
  • Le référencement organique nécessite une animation régulière du site : il faut mobiliser du temps pour rédiger des contenus.
  • Il n’offre pas de garantie de classement : en référencement naturel, il ne vous sera pas toujours possible de vous positionner en 1ère place sur des requêtes concurrentielles. Une bonne stratégie SEO implique donc de sélectionner des mots-clés à votre portée.
  • On n’a pas un contrôle total sur les positions de son site : les algorithmes de Google changent plusieurs fois par jour. On n’est pas à l’abri d’une perte de position.

Combien coûte le SEO ?

Si un site a une base technique saine et évolue dans un secteur pas trop concurrentiel, il peut être possible de le référencer gratuitement, à condition d’y consacrer le temps nécessaire.  En rédigeant des articles et en recherchant des liens externes, vous pourrez améliorer vos positions.

En revanche, pour atteindre des mots-clés plus stratégiques ou pour mieux prendre en compte les changements d’algorithme de Google, il sera nécessaire de faire appel à un consultant ou une agence de référencement. Le spécialiste proposera alors un accompagnement dans la durée qui peut inclure par exemple l’achat de liens externes.

Le budget de la stratégie peut alors augmenter de façon importante en fonction de la concurrence sur les mots-clés ciblés et de l’effort qu’il sera nécessaire fournir pour se positionner.

Les principes de base pour réussir son SEO

Pour une stratégie de référencement naturel réussie, on commence par sélectionner les mots-clés sur lesquels on va chercher à se positionner. Le choix se fait en fonction de la thématique du site, l’intérêt qu’ils présentent en terme de nombre de recherche et la concurrence déjà présente qui peut-être estimée avec le nombre de résultats renvoyés sur la requête.

Il faut également s’assurer que le site est facilement accessible aux robots des moteurs de recherche afin de garantir qu’il pourra s’indexer. On évitera notamment les pages trop lentes ou non compatibles avec le mobile.

La stratégie consiste ensuite à rédiger des contenus unique de qualité en optimisant les zones « chaudes » du texte (balise title, intertitres…) en créant en parallèle des liens qui donneront de la popularité au site. Pour avoir un impact sur le référencement, ces liens doivent idéalement provenir de sites situés dans la même thématique que le vôtre.

Le contenu du site doivent idéalement être structuré en catégories cohérentes sémantiquement. N’hésitez pas à consultez notre article sur le silo pour WordPress pour vous aider.

Comment se former au référencement naturel ?

En SEO, il est indispensable de se former. Un point de départ intéressant est de lire les guides proposés par les moteurs de recherche. Si les critères de base ne changent pas, chaque année, de nouveaux paramètres sont à prendre en compte pour réussir sa stratégie de référencement. Il est possible d’apprendre le SEO dans des formations web mais l’apprentissage se fera surtout en essayant de mettre en oeuvre des bonnes pratiques et en effectuant un travail de veille. Pour cela, il existe plusieurs supports sur lesquels les professionnels partagent leurs connaissances : Twitter, blogs, forums, conférences…

N’hésitez pas à consulter notre article consacré à la veille en SEO.

Le SEA : référencement payant

SEA : définition du référencement payant

Le SEA ou Search Engine Advertising désigne toutes les actions qui relèvent de la création et de l’optimisation des publicités qui s’affichent dans les résultats des moteurs de recherche tel que Google Adwords par exemple. On parle parfois de liens sponsorisés, de référencement payant ou tout simplement de search. Ces liens apparaissent généralement au-dessus ou à droite des résultats naturels.

Référencement payant SEA
Google Adwords : le plus célèbre outil de SEA

Comment marche une campagne SEA ?

L’achat de liens sponsorisés fonctionne sur un système d’enchère, généralement en CPC (coût par clic). Plus le montant de votre enchère est élevé, plus votre annonce a de probabilités apparaître dans la page de résultat lorsqu’un internaute tape le ou les mots-clés que vous ciblez.

Tout comme le SEO, le SEA est un levier webmarketing qui dispose de points forts et de limites.

Avantages du référencement payant

  • Le SEA offre une garantie de résultats plus importante que pour SEO : si on y met le prix, on est visible sur le mot clé de son choix.
  • Les taux de transformations peuvent être élevés grâce à des textes d’annonces accrocheurs et la possibilité d’ajustement en temps réel.
  • Pas de délais : le site est visible sur vos mots-clés dès le lancement d’une campagne.
  • Le retour sur investissement (ROI) se mesure rapidement et facilement.
  • On est visible au delà des moteurs de recherche : les annonces Adwords sont aussi diffusées sur les sites du réseau AdSense.

Inconvénients du SEA

  • Le trafic provenant du SEA disparait tout de suite à l’arrêt du financement de la campagne. La visibilité générée par le référencement payant est donc « sous perfusion ». Ce n’est donc pas un investissement mais bien une dépense publicitaire à un instant T.
  • Le modèle d’acquisition du site conduit à une forte dépendance à la régie publicitaire et demande un investissement financier permanent.
  • On est en concurrence avec beaucoup d’annonceurs et il y a encore moins de place qu’en SEO.

Combien coûte le référencement payant ?

Contrairement au référencement naturel, lorsqu’on mène une campagne SEO, on est obligé d’engager un budget. Le prix des annonces est géré sous forme d’enchères. Il s’exprime en coût par clic (CPC) et varie en fonction de la thématique et du niveau de concurrence du mot clé ciblé.

Si on peut commencer une campagne avec quelques dizaines d’euros par mois, le budget dédié à l’achat de lien peut vite augmenter en fonction de vos objectifs. On peut ainsi monter facilement  à plusieurs dizaines d’euros par jours en fonction de son secteur d’activité.

Les outils de référencement payant tels que Google Adwords sont relativement simple à prendre en main mais les campagnes peuvent toujours être optimisée. Une agence ou un consultant webmarketing peut vous aider à optimiser le potentiel de votre campagne de référencement payant.

SEO vs SEA : comment choisir ?

Découvrez en une infographie les avantages et inconvénients de deux leviers et comment choisir lequel privilégier !

SEO vs SEA
SEA vs SEO : quele soucrce de trafic privilégier ?

 Qu’est-ce que le SMO ?

SMO : définition du Social Media Optimisation

Le SMO signifie « Social Media Optimisation » ou Optimisation pour les médias sociaux. Ce terme désigne l’ensemble des stratégies et des techniques qui visent à améliorer la visibilité d’un site sur les réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook ou Instagram.

L’optimisation pour les réseaux sociaux est différente de celle en référencement naturel et payant : en SMO, on va cibler des profils d’internautes (sexe, âge, centre d’intérêt, localisation…) plutôt que de répondre à des intentions et des expressions de besoins.

Comment ça marche ?

Ce levier consiste à utiliser les différents réseaux sociaux pour diffuser et promouvoir les contenus de son site. On va chercher à générer des interactions, du partage et de la viralité afin de toucher le plus monde possible.

SMO : référencement et médias sociaux
SMO : une opportunité de plus pour générer du trafic

Avantages du SMO :

  • Il offre une opportunité de visibilité et de trafic complémentaire sur le web car le SMO intervient dans un environnement différent des moteurs de recherche.
  • Le SMO n’est pas uniquement intéressant pour le trafic direct mais également pour le SEO. Si un contenu intéressant est partagé sur les réseaux sociaux, il peut être repris sur des sites, favoriser la création de backlinks et améliorer la popularité de votre site.
  • Les médias sociaux sont un espace de dialogue direct avec les internautes ce qui permet d’améliorer l’e-reputation de votre site.
  • Les communautés peuvent jouer un rôle d’ambassadeur de votre site et de votre marque en partageant vos contenus.

Inconvénients du SMO

  • Le SMO ne s’applique pas à tous les secteurs. Certaines activités comme dans la production industrielle par exemple auront du mal à trouver une audience sur les réseaux sociaux.
    • Il est de plus en plus difficile d’être vu par sa communauté sans payer. Des réseaux comme Facebook mettent régulièrement à jour leurs algorithmes pour augmenter la visibilité des posts des amis au détriment de ceux des marques. Pour compenser cela, il est souvent nécessaire de procéder à de l’achat d’espace publicitaire.
  • La communauté a un rôle actif et peut-être à double tranchant : Si on n’utilise pas les bons codes relationnels, elle peut affecter votre e-reputation (bad buzz).

Combien coûte le SMO ?

Comme le référencement naturel, le SMO est un levier qui peut être activé gratuitement à condition d’y consacrer un minimum de temps. L’objectif est d’aller au-delà du simple envoi sur les réseaux sociaux des articles publiés sur votre site. Une vrai stratégie SMO nécessite de produire des contenus textuels et vidéos qui incitent au partage et de passer du temps à échanger avec sa communauté.

Pour atteindre des résultats plus important, il sera en revanche nécessaire de consacrer un budget dédié à de l’achat d’espace sur les réseaux sociaux et de vous faire accompagner par un consultant ou une agence pour optimiser votre stratégie.

SEM

Qu’est-ce que le SEM ?

Le SEM ou Search Engine Marketing se définit par l’ensemble des actions et stratégies qui visent à générer de la visibilité et du trafic à partir des moteurs de recherche. Contrairement à ce qu’on peut lire ou entendre parfois, le SEM n’est pas égal au SEA. Il s’agit d’un terme qui englobe les champs du SEO, du SMO et du référencement payant. Il inclut toutes les techniques de création de trafic depuis les moteurs de recherche.

Le SEM, c’est l’addition du SEA, du SEO et du SMO !

Le SEM intégre donc naturellement le SEO et le SEA. Ces deux leviers ont de commun que l’on va cibler des intentions (expression d’un besoin, d’une question, recherche d’une information…) là où d’autres leviers d’acquisition vont plutôt être structurés autour de profil (sexe, âge, revenus…).

SEM-SEO-SEA
Anatomie d’une page de résultats Google

Le SMO n’a pas toujours été considéré comme faisant partie du SEM mais les réseaux sociaux étant de plus en plus utilisés comme des moteurs de recherche d’information, il est pertinent d’intégrer ce levier dans le Search Marketing.

D’autre part, la présence sur les réseaux sociaux peut avoir un impact sur le positionnement dans les moteurs de recherche grâce à la création de backlinks comme on l’a vu plus haut.

Enfin, les pages de résultats proposent parfois des espaces réservés aux contenus des réseaux sociaux comme l’affichage de vidéos, principalement issue de Youtube, sur Google ou l’affichage d’un flux social sur le moteur de recherche Qwant.

SMO : une partie du SEM
Twitter est aussi un moteur de recherche d’informations

 

 

Conclusion : choisissez bien vos leviers d’acquisition de trafic

SEO, SMO ou SEA, comment choisir ? Il n’est pas toujours évident de savoir comment sélectionner les leviers de visibilité.

Idéalement, une stratégie s’appuiera sur différents supports afin d’assurer le trafic le plus homogène possible. En effet, si une source de trafic faiblit, l’impact sera moindre car elle sera compensée par les autres canaux. Cela permet de limiter sa dépendance à une seule plateforme.

Dans la réalité, les choses sont souvent plus complexes et la stratégie s’organisera en fonction des opportunités et des ressources disponibles. Vous avez besoin de résultats rapides et disposez de forts budgets : le SEA sera sans doute à privilégier. Votre budget est limité mais vous pouvez y consacrez du temps ? Vous pourrez vous tourner en priorité vers le SEO ou le SMO.

Pour augmenter votre visibilité sur le web, vous pouvez aussi contacter notre agence SEO !

Visuels : Pixabay.com