SEO ou Adwords : comment choisir?

Publié le 10 janvier 2011 Référencement payant

seo-versus-seaToute société qui souhaite se développer sur Internet va se heurter à une problématique pour sa visibilité : comment investir efficacement en référencement ?

Faut-il tout miser sur le référencement naturel, sur le référencement payant ou sur les deux ? Début de réponse, avec SeoMix

(article mis à jour le 11/01/2011)

Avant-propos

Un peu plus loin dans cet article, je vais éliminer de mon analyse une partie du référencement « payant », à savoir les comparateurs de prix et l’affiliation, dont le coût et le retour sur investissement peuvent varier énormément en fonction de la méthode de paiement utilisée (au clic, à la vente, au formulaire, à l’abonnement, …).

Tout les propos tenus ci-dessous doivent aussi prendre en compte le fait qu’un référencement naturel ou un référencement payant dépendent énormément des compétences du référenceur, et du budget total alloué par la société.

Définition du référencement : SEO, SEA, SEM et SMO

Avant de commencer, revenons sur la notion de référencement, sous peine de s’emmêler les pinceaux.

Le référencement est l’ensemble des méthodes qui permettent de rendre visible un site Internet (sur Internet)

Cela inclut donc :

  • Le référencement naturel (SEO: « Search Engine Optimization »), c’est à dire le positionnement d’un site dans les moteurs de recherche.
  • Le référencement payant, aussi appelé référencement publicitaire, qui est généralement réduit aux simples liens sponsorisés (SEA: « Search Engine Advertising », donc Adwords). Cependant, j’aurais tendance à y ajouter les comparateurs de prix et l’affiliation, ainsi que des services payants comme certains annuaires ou les articles sponsorisés.
  • Le référencement sur les réseaux sociaux (SMO: « Social Media Optimization »), c’est à dire votre visibilité sur des communautés (Facebook et Twitter principalement, mais aussi Youtube, Viadéo, MySpace ou encore Linkedin.).
  • Le reste du référencement (direct et indirect), ce qui inclut l’emailing, le street marketing ou encore les jeux concours.

La notion de référencement payant (donc du SEA) est la plus difficile à appréhender car chaque professionnel met un peu ce qu’il veut dedans. Une simple question sur la traduction à donner au terme SEA sur Twitter m’a ainsi donné des réponses très variées : « Liens sponsorisés« , « référencement payant« , « moteur de recherche publicitaire« , … La définition que j’ai donnée ci-dessus est donc sujette à caution…

En résumé, le marketing des moteurs de recherche (SEM) va donc inclure ces différentes notions :

SEM = SEO + Référencement payant (SEA et autre) + SMO + Multicanal

EDIT : suite à un débat sur Twitter, il est vrai que ma définition (et le schéma qui suit) sont faux, et pour plusieurs raisons :

  • Par définition le SEM n’englobe que le WEB
  • Le SMO est en partie du référencement (et en partie seulement)
  • Il manquait le Display : achat d’encarts publicitaire, en dehors d’une plateforme d’affiliation
  • Le SEO englobe aussi le VSO (Video Search Optimization

Ce qui donnerait une définition comme suit :

SEM = SEO (et VSO)  + Référencement payant (SEA, Display et autre) + Partie du SMO

Définition du SEM
Définition du SEM, par SeoMix

Mesurer le ROI

La problématique pour une société lambda est de savoir où investir : référencement naturel, liens sponsorisés, emailing, articles sponsorisés, comparateurs de prix, …

Et bien souvent, la question se résume à choisir entre le SEO et Adwords. Il est donc impératif de mesurer le retour sur investissement de ces deux leviers d’acquisition de trafic. Commencez donc par vous poser ces deux questions:

  • Combien cela coûte ?
  • Combien cela me rapporte ?

Je pars du principe que l’on calcule un retour sur investissement financier. On pourrait bien évidemment mesurer un retour sur investissement en termes de notoriété (durée des visites, nombre de pages visitées) ou d’impact sur le commerce traditionnel (combien de mes clients en magasin sont venus grâce à Internet ?).

Le ROI des liens sponsorisés

Le calcul de votre retour sur investissement est simple : Marge – Coût.

Votre coût est le budget dépensé en Adwords, auquel vous ajouté le temps consacré à la gestion de vos campagnes (création d’annonces et des landing pages, gestion des mots clés, suivi des statistiques, …).

Par exemple : vous dépensez 10 000€ de budget dans les liens sponsorisés, et passez 35 heures sur l’optimisation chaque mois (5 jours ouvré), à 40€ de l’heure. Adwords vous a donc coûté 11 400€.

Maintenant, à vous de compenser cette dépense avec une marge nette de 11 400€. Il faudra donc connaître la marge brute que vous réalisez sur vos produits (l’état vous remboursant la TVA, nous ne la prenons pas en compte), auquel il faudra enlever tous vos charges fixes et variables (loyer, électricité, salaires, taxes diverses, abonnement, prestataires, …) pour obtenir votre marge nette. Pour rappel :

MARGE NETTE = Chiffre d’affaire – CHARGES VARIABLES & FIXES

Prenons un exemple concret : soit une société réalisant 40% de marge brute sur les produits, que l’on réduit à 20% avec les frais fixes. En imaginant qu’Adwords soit la seule source de trafic et de vente, l’entreprise devra réaliser un chiffre d’affaire de 57 000€ par mois pour rentabiliser ses campagnes de liens sponsorisés.

Le ROI du référencement naturel

Le calcul du retour sur investissement de votre référencement naturel est très similaire : Marge – Coût de l’agence (ou des salariés).

En reprenant le même exemple, il faudra réaliser 57 000€ de chiffre d’affaire pour compenser les 11 400€ de dépense en référencement naturel chaque mois. Cette dépense représente (charges salariales et patronales incluses) entre 2 et 3 référenceurs à plein temps, sauf dans le cas des agences web où certaines peuvent très facilement vous faire payer cette somme pour un référenceur à mi-temps.

Cependant, il faudrait normalement compliquer cette analyse comme ceci:

Marge nette  – (salaire horaire * nombre d’heure pour se positionner sur chaque produit)

En référencement naturel, il y a également une variable supplémentaire. La formule donnée ci-dessus est utilisable pour calculer le ROI après la réalisation de la prestation. Si on veut estimer le retour sur investissement du référencement naturel avant de choisir son prestataire, il faut estimer le nombre d’heures à passer pour se positionner convenablement.

Et là, c’est un peu au « feeling », puisque cela dépend du nombre de résultats sur Google, du nombre d’entreprises qui veulent se positionner dessus, du nombre de mots clés contenus dans les expressions cibles ou encore l’ancienneté de votre domaine. Plus votre référenceur aura de l’expérience (surtout dans des domaines variés), plus il sera capable d’estimer ce nombre d’heure avec précision.

SEO versus CPC

Le référencement naturel est-il meilleur ?

La question est donc de savoir si vous avez intérêt à dépenser cette somme en SEO ou dans AdWords. Avant d’aller plus loin et de lancer un débat polémique, autant vous donner tout de suite ma vision des choses : je privilégie toujours le référencement naturel, mais les liens sponsorisés ne doivent pas être exclus.

En fait, il s’agit de deux sources de trafic distinctes et qui n’ont pas du tout la même utilité.

L’intérêt du SEO

Le SEO en France se résume à Google

Le référencement naturel est l’une des meilleures sources de trafic, et cela pour plusieurs raisons. Avec son site, on peut potentiellement attirer des centaines de milliers de visiteurs via des centaines de milliers de mots clés (ce qu’on appelle la longue traine), et cela avec du contenu texte, image ou encore vidéo.

De plus, le taux de transformation de cette source de trafic est généralement important, à condition de se positionner sur des requêtes ciblées (ce qu’on appelle les niches) ou pertinentes par rapport à un besoin. Les requêtes trop larges sont à l’inverse peu rémunératrices, même si elles peuvent attirer des dizaines de milliers de visiteurs (avec des termes comme Immobilier, Argent ou Voiture).

Mais là où cela devient compliqué, c’est que le référencement naturel est parfois long et incertain. Sur certaines requêtes très demandées, il n’est pas rare de devoir travailler pendant plusieurs mois pour obtenir de bons résultats. Et même en ayant atteint la première position, rien ne garanti que l’on va rester là…

L’intérêt d’Adwords

Adwords a une place privilégiée dans le SEA

AdWords est quant à lui une source de trafic « sûr », tant que l’on paie. Avec le système d’enchère, il suffit généralement de mettre une mise élevée pour apparaître en top de la page. C’est un peu réducteur, mais cela reste la base de la visibilité dans les liens sponsorisés. Il faut cependant y ajouter toutes les variables d’optimisation sur les mots clés, les annonces, les landings pages ou encore le retargeting et les mots clés à exclure.

Le deuxième avantage, c’est la rapidité. En moins de 24 heures, on peut créer une campagne et apparaître sur Google. Revers de la médaille : dès que l’on arrête de payer, vous perdez toute votre visibilité. Il ne s’agit donc pas d’un investissement comme pour le SEO, mais bien d’une charge constante pour l’entreprise.

Troisième avantage, on va pouvoir faire des ajustements constants (et rapide) pour affiner ses résultats, alors qu’un ajustement en référencement naturel va vous prendre au minimum 2-3 jours à être appliqué.

AdWords est donc excellent pour le démarrage d’un site, ainsi que pour avoir une source de trafic ciblée, flexible et complémentaire au SEO.

Ne pas oublier les autres sources de trafic

N’oubliez pas de toujours diversifier vos sources de trafic, surtout pour les business 100% web. Car si l’une de ces sources vous fait faux bond (site pénalisé ou compte Adwords supprimé par exemple), il faut pouvoir survivre.

Et c’est là que les comparateurs de prix, l’emailing, les articles sponsorisés ou encore les réseaux sociaux entrent en jeu. Il ne faut jamais mettre tous vos œufs dans le même panier !

Comment les entreprises investissent ?

Une étude d’Econsultancy

Maintenant que j’ai donné mon avis sur ces deux leviers, ayons un côté pratique sur l’analyse d’Adwords face au SEO. C’est en lisant un excellent article de Clickz que l’idée m’est venue  en tête. Ils ont en effet commenté les résultats d’une étude datant de Mars 2010 et réalisée par Econsultancy. L’enquête a été menée auprès de 1500 agences et entreprises réparties dans 68 pays.

Econsultancy
Une étude d

Voici quelques questions qui m’ont fait bondir (les dollars ont été convertis en euros pour plus de clarté):

Quel a été votre budget 2009 pour le référencement naturel ?

  • 9% : 0€
  • 43% : de 1 à 19 000€ (1 500€ par mois max)
  • 18% : de 19 000€ à 57 000€ (4 750€ par mois max)
  • 13% : de 57 000€ à 114 000€ (9 500€ par mois max)
  • 16% : 114 000€ et plus (+ de  9 500€ par mois)
Les dépenses SEO (étude Econsultancy)
Les dépenses SEO (étude Econsultancy)

Quel a été votre budget 2009 pour les liens sponsorisés ?

  • 2% : 0€
  • 29% : de 1 à 19 000€ (jusqu’à 1 500€ par mois max)
  • 17% : de 19 000€ à 57 000€ (4 750€ par mois max)
  • 8% : de 57 000€ à 114 000€ (9 500€ par mois max)
  • 8% : de 114 000€ à 190 000€ (15 800€ par mois max)
  • 7% : de 190 000€ à 380 000€ (31 700€ par mois max)
  • 10% : de 380 000€ à 761 000€ (63 400 € par mois max)
  • 10% : de 761 000€ à 2 300 000€ (191 000€ par mois max)
  • 4% : 2 300 000€ à 3 800 000€ plus (317 000€ par mois max)
  • 6% : 3 800 000€ et plus (+ de  317 000€ par mois)
Les dépenses SEA (étude Econsultancy)
Les dépenses SEA (étude Econsultancy)

Les résultats sont limpides : toutes les sociétés investissent dans les liens sponsorisés, et elles dépensent beaucoup plus que le référencement naturel. Pour le SEO, il y a quand même 9% des entreprises qui n’utilisent pas du tout ce levier d’acquisition de trafic… L’étude précise même que 28% des plus grosses compagnies (Chiffre d’affaire supérieur à 1€ milliard de dollar par an) ne dépensent rien en référencement naturel…

Et cette tendance est assez bizarre lorsque l’on connaît le fonctionnement d’un moteur de recherche. Selon ComScore, 92% des clics sur un moteur proviennent du SEO, tandis que 8% seulement viennent du SEA. Le chiffre me paraissant un peu exagéré, j’ai voulu approfondir cette donnée mais aucun article récent n’a réussi à me donner une répartition juste. En questionnant un peu les gens sur Twitter, tout le monde s’accorde à dire que le référencement naturel est à l’origine de 60 à 80% des clics, contre 20 à 40% de clics pour les liens sponsorisés (et pour le coup, les 40% de SEA, me paraissent énormes…).

Quelque que soit la valeur juste pour cette répartition SEO/SEA, on observe bien que les entreprises et agences sondées sont en complet décalage avec le comportement des internautes (investir là où il y a le moins de clics…).

Et si elles modifiaient leurs dépenses ?

Ce qui serait intéressant, ce serait de connaître l’impact du transfert du budget SEA vers le SEO. Bien entendu, aucune étude n’existe sur une telle opération.

Essayons de nous projeter un peu : imaginons que ceux qui dépensent 191 000€ par mois en Adwords transfèrent la totalité de ce budget en référencement naturel. Je pars du principe que l’on va surpayer les référenceurs, soit un salaire (charges incluses) de 8000€ par salarié et par mois, qu’il soit en interne ou en agence.

Cela nous fait donc 23 référenceurs à plein temps. En moins d’un mois, une équipe aussi vaste pourrait avoir :

  • Rédiger des centaines d’articles pertinents et uniques (et pas des articles de 200 mots seulement)
  • Créer de nombreux backlinks (annuaires, communiqués de presse, forums, …)
  • Mis en place de véritable partenariats (Guest Bloging, échanges de liens, …)

Vous devez déjà voir où je veux en venir. Avec un tel budget, je reste persuadé que l’on peut positionner n’importe quel site sur n’importe quel mot clé, surtout si l’on a des référenceurs compétents (à 8000€, il y a intérêt…). Bien entendu, rien ne peut prouver ce que j’avance : c’est un point de vue.

Pour conclure, je dirais que le référencement naturel a de bons jours devant lui et qu’il reste la meilleure source de trafic pour un site. Mais on ne doit surtout pas tout miser sur lui. Adwords est alors une excellente source de trafic complémentaire, flexible et immédiate, au même titre qu’il ne faudra pas négliger les newsletters, les comparateurs de prix ou encore les réseaux sociaux.

Mes sources :

  • Innomatiques
  • Clickz
  • Etude Econsultancy (rapport supprimé depuis)
  • Un merci tout particulier à BenoitNeuts et Garifuna pour leurs infos sur Twitter

Daniel Roch

Fondateur, conférencier, auteur, consultant et expert SEO WordPress

38 Commentaires

Sylvain Le 10 janvier 2011 à 9h32

Le SEA est sans doute une solution de facilité. C’est l’assurance d’apparaitre de suite sur les moteurs. C’est couteux, mais rassurant. En revanche, les sommes investies sont peu capitalisées.
Je dis « peu » car les retour sur l’efficacité des mots-clés peut être réutilisé en SEO.

De plus, le SEO oblige souvent à des modifications sur le site. Certaines sociétés s’y refusent. Elles ont leur truc en flash, ou bien des textes quasi inexistants ou mal foutus pour le ref.
Dans ce cas, le SEA est aussi plus simple.

Dernier point, lorsque les entreprises appellent des société de référencement « ou du moins se présentent-elles comme ceci », elles tombent sur des gens qui ne font que du lien sponsorisés et ne sont pas informés des possibilités de ref naturel.

Je trouve assez dingue le nombre d’entreprises présentes sur le web qui n’ont aucune idée de la manière dont Google classe les résultats naturels. Elles n’imaginent même pas que l’on puisse avoir une influence dessus.

Bel article au passage.

vansnick Le 10 janvier 2011 à 9h32

article intéressant merci.

Tu ajoutes ceci pour le SEO : «  Et là, c’est un peu au « feeling », puisque cela dépend du nombre de résultats sur Google, du nombre d’entreprises qui veulent se positionner dessus, du nombre de mots clés contenus dans les expressions cibles  »

pour adwords, tu aurais aussi pu dire que cela dépend aussi des mots clés sur lesquels l’entreprise souhaite enchérir.

A+

Référencement naturel en Normandie Le 10 janvier 2011 à 10h18

Très bon article Daniel.
Il y a 3 ans je m’étais bouffé le nez avec un (très très gros) client qui concevait Google uniquement comme une agence de pub (voir : Le référencement naturel ne marche pas).
Des dépenses de fous pour des résultats très efficaces certes ; pour cette entreprise le ROI sur l’investissement d’un site optimisé pour le référencement naturel n’étant pas tant véritablement mesurable (c’est un peu vrai) il valait mieux ne s’appuyer que sur des campagnes Adwords.

Aurélien Le 10 janvier 2011 à 10h24

Je ne vais pas prêcher pour ma paroisse, mais les très grosses compagnies n’ont pas forcément intérêt à jouer dans le SEO, quand la marque est déjà connue et reconnue, autant faire de l’achat d’espace publicitaire pour les évènements et se limiter à cela.
Sinon, je te rejoins sur ton analyse. :)

Nicolas Le 10 janvier 2011 à 11h07

Ton article est très intéressant. Merci.
Mais il me semble que tu oublies le display dans tout ça…

Grym Le 10 janvier 2011 à 11h27

Vraiment très intéressant. On manque en effet souvent de chiffres qui permet de situer les coûts engagés et il est alors difficile de définir la stratégie financière et de répartir le budget alloué pour le SEO/SEA.
En regardant la partie conversion des sites que j’administre, je retombe également sur les chiffres cités pour l’origine du traffic : 2/3 référencement naturel pour 1/3 d’adsens.

Wabstemer Le 10 janvier 2011 à 11h58

Merci pour ton article
Mon avis de nouveau dans le référencement le seo doit etre fait des le debut d’ un projet web ( avant que le site soit en ligne) mais le temps que le site sorte correctement le sem est pour moi une tres bonne solution

Webdesigner Le 10 janvier 2011 à 12h34

Excellent article : Adwords en rampe de lancement sur les 6 premiers mois après l’ouverture du site, le référencement naturel pour prendre le relais dès que l’optimisation porte ses fruits.

Et SMO (visibilité sur les réseaux sociaux) vs SMM (pub sur les réseaux sociaux) pourrait également rentrer en ligne de compte…

Mikiweb Le 10 janvier 2011 à 13h41

Bonne analyse, je te rejoint sur tous les points que tu as cités.
Mais le faite que les résultats du SEO soit incertains et que ceux du SEA soit immédiat, donne un avantage certain au référencement payant. Il faut comprendre le client qui préfère dépenser dans un service où le ROI pourra être établi plus facilement.
C’est toute la difficulté pour un chef de projet SEO, qui doit avoir une bonne compétence dans l’explication et donc la vente de prestation SEO afin de faire pencher la balance en faveur de celui-ci.

Laurent Le 10 janvier 2011 à 13h46

Excellent article. Une question me taraude depuis quelque temps : a-t-on une estimation du nombre d’internautes (et la tendance) ayant sur leur navigateur (je pense à l’Adblock de Firefox) un plug-in bloquant les adwords ?

Proteine Le 10 janvier 2011 à 14h28

Je suis d’accord avec l’ensemble de l’article, je reste moi aussi persuadé que miser sur du référencement naturel est bien mieux que se baser sur du référencement payant. Mais il y a deux poids, deux mesures.
Dans le sondage tu n’as pas parlé de l’age des sites (je sais pas si les infos étaient la ou non :) ) donc pour le coup certains sites qui se lancent et qui ont énormément de budget préfère investir à fond dans de l’Adwords pour avoir des résultats rapides plutôt que dans du naturel qui ne leur donnera des résultats qu’au bout d’une période interminable pou elles.

Le constat que tu fais à la fin est pas mal, si l’on prend le budget payant et qu’on l’utilise pour du naturel l’on obtient une énorme équipe de référenceurs mais pour le coup je pense que si il y a 50 gars qui font des liens, de l’optimisation etc google risque de trouver ça vraiment très très louche.

Super article et très belle présentation avec des docs et tout j’adhère !

Manuel Le 10 janvier 2011 à 14h32

Bonjour,

Article très intéressant, question complémentaire, que vaut cette analyse pour du référencement localisé?
En effet certains business sont localisés, des dépenses en SEO peuvent-elles intégrer cette localisation autrement qu’avec du référencement Google Place?
Pour être concret mon business est autour du courtage en crédit immobilier, j’utilise principalement adwords qui me permet de localiser mes campagnes. Quid du SEO ? Car un référencement globale sur la France me couterait une fortune (j’imagine) et si une demande sur le mot clé « Courtier » arrive de Strasbourg je ne pourrais pas la traiter.
Je peux géolocaliser sur le mot clé « courtier » via adwords alors qu’obtenir un bon référencement naturel sur « Courtier » en ref nat me couterait (j’imagine) bien plus cher et je ne pourrais pas traiter les demande hors de ma localisation.
Plus généralement de plus en plus de TPE / PME, qui se positionnent sur le web non pas pour vendre mais pour capter une demande, ont souvent une approche géolocalisé.

LaurentB Le 10 janvier 2011 à 14h55

Quand on me pose la question, je réponds par « PPC is temporary, SEO is forever ».
Ton article fait un excellent état des lieux vers lequel je n’hésiterai pas à diriger ceux que mon dicton n’a pas contenté.

Nicolas, E-seo Le 10 janvier 2011 à 16h57

Bon je ne reviens pas sur l’article qui en lui même est très bien fait.

En revanche, je suis « encore » d’accord avec la vision de Sylvain…Faudrait que j’arrête un peu…

« En revanche, les sommes investies sont peu capitalisées.
Je dis « peu » car les retour sur l’efficacité des mots-clés peut être réutilisé en SEO. »

C’est vraiment quelque chose de très importants d’avoir ça dans la tête, quelques uns de mes clients ont dénicher de très très bonne niche grâce à ça, peu concurrentiel et gagner des milliers d’€€€ d’Adwords avec un positionnement SEO par la suite…(marche aussi avec les MFA’s ;))

Le juge SEO Le 10 janvier 2011 à 18h03

Daniel,

L’article est bon mais la on est vraiment pas d’accord sur un point clé, en plus je pense que tu fais une mauvaise analyse des données de cette étude d’econsultancy.

Sur la définition du terme référencement – pour moi « Le référencement est l’ensemble des méthodes qui permettent de rendre visible un site Internet dans les outils de recherches » Ce qui restraint certaines des methodes multicanal (street marketing etc …) SEM – c’est SEO + SEA + SMO + AFFILIATION –

Ensuite je pense sincèrement que SEO et SEA sont complémentaires et je ne connais pas beaucoup de compagnies (mis a part celles qui ont des référenceurs inhouse) qui dépensent 11,400 euros par mois en SEO – 11,400 euros c’est souvent proche d’un contrat d’un an en Consulting SEO.

Quand aux referenceurs inhouse sans vouloir leur manquer de respect, il y a bien longtemps qu’ils ne font plus de SEO a proprement parler. Ils se tiennent au courant, il font du lien et de la création de contenu.

Enfin par rapport a l’étude, il faut mettre quelques autres chiffres en avant –
1 – la majorité des entreprises qui ont répondu sont US – cela pose un paramètre de mentalité (plus capitaliste aux US qu’en europe)
2 – La majorité des entreprises qui ont répondu sont B2B
3 – 61% des companies qui ont répondu on un budget SEO compris entre $1 et $75000 (ce qui veut dire grosso modo qu’elles ont 1 SEO inhouse ou un contrat avec une agence en cours pour l’année)

Finalement les 9% qui ne font pas de SEO n’ont pas dit qu’ils faisaient autre chose peut être en font ils rien ou n’ont ils pas les moyens ou alors comme le dis si justement gwara peut être ne font ils rien parce qu’ils sont deja premier

Nicolas Deschamps Le 10 janvier 2011 à 19h00

191 000 € de budget par mois pour du SEO, ça laisse rêveur :D C’est clair qu’il y aurait de quoi déployer l’artillerie lourde et éliminer la problématique du choix entre quanti et quali. Reste à voir le nombre de clics que ça rapporterait comparé au nombre de clics que permet d’obtenir un tel budget en lien sponso…

Daniel Roch Le 10 janvier 2011 à 19h22

@Laurent : je n’ai malheureusement pas de données sur l’utilisation de tels plugins.

@Nicolas : tout à fait d’accord : les dépenses SEA peuvent servir en SEO (l’inverse étant vrai aussi)

@Juge : pas faux pour ma définition du référencement.

Le juge Le 10 janvier 2011 à 19h36

@Daniel – C’est a dire « pas faux pour ta definition »?

Daniel Roch Le 11 janvier 2011 à 8h32

@LeJuge : ma définition de Référencement était fausse. Il manquait « sur Internet » à la fin (mais c’est corrigé).

J’ai d’ailleurs édité ma définition du SEM, suite aux différents échanges sur Twitter.

LaurentB Le 11 janvier 2011 à 8h39

Vu qu’on se prenait la tête à essaye de discuter sur Twitter, Lejuge a pondu un billet http://lemusclereferencement.com/2011/01/10/le-mini-debat-du-lundi-seo-sem-sea-etceter/

Novalem Le 11 janvier 2011 à 15h51

Article très intéressant !

N’oublions pas cependant l’intérêt du SEA, notamment pour un site E-commerce souhaitant communiquer sur une offre promotionnelle, flash ou dernière minute !

Specialty Chemicals Le 12 janvier 2011 à 23h09

Merci pour cet article très intéressant. Le SEA est clairement une stratégie intéressante pour du court terme mais sur le long terme, l’accent doit être mis sur le SEO…

Erwan Le 14 janvier 2011 à 21h47

Article long et compliqué (pour mes petits neurones) qui montre bien que gérer sa communication sur le net n’est pas aisé.

Je ne savais pas qu’on pouvait être viré de AdWords. AdSense encore je comprend, mais AdWords !

Impressionnant en effet d’avoir 23 référenceurs à temps plein. Mais le potentiel est-il le même chez nous sur Google.fr et au pays des dollars ?

Comme Aurélien, je m’interroge sur l’utilité de grosses sociétés à investir dans le SEO. Elles ont par essence beaucoup de légitimité pour être référencé sur des termes.

@Webdesigner. Six mois pour que le référencement prenne vie ? Un bon webmaster peut (dans certains cas) anticiper le lancement d’un site et avoir déjà un référencement correct dès les premiers mois d’activité.

Je pense que le SEO est indispensable. Il faut un minimum. Les liens sponsorisés apportent une offre complémentaire à ne pas négliger mais, comme toi Daniel, attention à ne pas tout miser sur une seule branche.

Vincent Le 15 janvier 2011 à 10h18

Un bon calcul de retour sur investissement , analyse des conversions et le SEA peut être suffisant. Du SEA sur de la longue file peut s’avérer efficace.

Dakine Le 18 janvier 2011 à 18h52

Il y a aussi une théorie qui dit que lorsque qu’on veut acheter, on préfère cliquer sur les pubs, car on sais qu’il y a directement l’objet a vendre derrière.

La Croix Berbère Le 18 janvier 2011 à 23h41

Pour répondre à Novalem, une offre promotionnelle, flash ou dernière minute peut se préparer également en référencement naturel ;-) Je crache pas sur les adwords mais si ça peut se faire par le biais du naturel je préfère garder cette voie :-)

Jean Delamares Le 19 janvier 2011 à 12h55

En fait, savez vous comment obtenir un crédit de 75€ Adwords ? j’en ai déjà reçu un, mais j’aimerais en avoir un second pour tester un autres projets.

Il faudrait un comparatif sur les visites pour une page ou le site est en première position naturelle et en Adwords.

Daniel Roch Le 19 janvier 2011 à 13h39

@Jean : aucune idée pour le chèque.

Pour le comparatif avec le référencement naturel, il ne serait pas pertinent, car le taux de clic et le coût d’une annonce adwords sont très variable (mot clé, enchère, annonce, ciblage, …).

Sébastien Le 19 janvier 2011 à 18h00

Article très intéréssant
En réponse à la question mr Jean Delamares, le ou les coupons de gratuité de 50 ou 75 euros de Adwords ne sont disponibles que pour la 1ere campagne crée sur son compte adwords. C’est un coupon de bienvenue en sorte.

Yannick Le 21 janvier 2011 à 8h03

Ce n’est pas tout de choisir entre une démarche SEO ou Adwords, encore faut-il que ce soit bien fait. Les campagnes Adwords sont rarement optimisées, et le netlinking est devenu une industrie.

Romain Le 28 janvier 2011 à 10h58

Très bon article, il est évident que le SEO prend de plus en plus de poids dans le budget de communication d’un site web!

Un bon SEO retiendra que les critères les plus importants pour l’algorithme de google, yahoo et bing afin de bien positionner un site sont les Backlinks en provenance de sites ayant:
– un fort pagerank et une thématique liée
– un mot clef dans l’anchor text du lien
– pas de lien réciproque sur la page ciblée

Pour ces raisons, il est important d’utiliser des outils comme qui permettent des échanges non réciproques et avec des sites à fort Pagerank ou des répertoires d’articles qui permettent de publier un lien dans un environnement abordant la même thématique que le site ciblé.

Bien à vous!
Cordialement.

julien ringard Le 06 février 2011 à 10h05

Personne ne prend le risque de payer 8000 euros un referenceur à la place de les mettre dans l’adwords.

Ce qui est bien dommage car nous ne serons jamais si ton hypothèse est bonne ou pas.

Romain Le 07 février 2011 à 9h42

Disons que les deux sont complémentaires, mais investir en SEO (pas en référencement mais positionnement) lorsque l’on sait ce que l’on fait est bien plus rentable! Ma boite dépense chaque mois 100 000 € en campagnes adwords mais plus de la moité du chiffre d’affaire (ventes) provient de pages bien positionnées dans google sans campagnes adwords, à méditer!

Nicolas Coulon-Macke Le 25 mai 2011 à 21h04

Article complet qui initie dans un premier temps le novice avec quelques définitions avant d’entrer dans un débat utile. Vraiment je recommande et je tweet !

Foot direct Le 16 août 2011 à 17h00

Super article.
Je reste cependant sur ma faim quand à la balance nbr de clics résultats naturels VS nbr de clics résultats payant

Merci

Foot direct Le 22 août 2011 à 16h09

@romain: quoi ? on parle encore en 2011 de Page rank ???

Derek Le 15 mars 2013 à 12h21

J’arrive très certainement après la bataille mais je trouve que cela reste encore pleinement d’actualité finalement.

En effet je travaille dans une agence web et je ne me tire pas du tout dans les pâtes avec mon collègue chargé en référencement SEO (étant responsable SEM moi même).

Je trouve que sur certaine thématique, il est pertinent et intéressant de communiquer sur l’un et sur l’autre canal. L’un ne va pas sans l’autre ou plutôt, Adwords ne va pas sans les bases SEO.

Google prenant de plus en plus la pertinence des requêtes des internautes, le quality score à une importance très très importante a ses yeux. Etant donné que cette variable est calculée sur la pertinence entre mot clé / annonce / landing page, les règles SEO sont indispensables au SEA.

Adwords est un booster de conversion, un présence en top de la page à moindre coup. Beaucoup ne vois que les e-commerçant pouvant faire de SEA alors que les prestataires de services peuvent eux aussi se positionner dessus pour augmenter leurs volumes de ventes.

Je finirai ce commentaire en répétant encore une fois que le SEA ne va pas sans le SEO et que ceux-ci sont complémentaire.

Ahmed Le 21 octobre 2013 à 19h01

Excellent article! Sinon, je me demande comment peut-on référencer naturellement un site vitrine qui a deux lading pages + page contact et avoir des acheteurs potentiels sans utiliser google adwords !

Un site avec un minimum de page est dure de le référencer sur plusieurs mots clés!
Surtout si le client vous dit que les visiteurs qu’il l’intéresse sont ceux qui sont atterri sur les deux pages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *