Plusieurs exemples qui nous sont arrivés récemment nous ont donnés envie d’écrire cet article. Un consultant SEO doit-il se focaliser uniquement sur le domaine qu’il maîtrise, et pour lequel il est payé selon le devis, ou doit-il conseiller son client sur un plan plus large ?

Le consultant SEO : un apporteur de trafic qualifié

Tout d’abord, avant de vouloir voguer sur la mer, il faut être le maître de son étang. Un consultant SEO ne doit donc jamais oublier que sa mission principale est d’apporter du trafic sur le site de son client. Mais plus qu’un simple rabatteur, il est un sélectionneur. Le trafic se doit d’être qualifié. On se fiche un peu qu’un million de personnes viennent sur le site si aucune conversion n’est faite.

Et c’est là, que le premier hic intervient. La conversion n’est pas seulement dans les mains du SEO. Une fois le visiteur achalandé, si l’offre qu’on lui propose n’est pas en adéquation avec ses besoins ou que l’univers visuel ferait fuir un Ray Charles, votre trafic qualifié, soigné aux petits oignons, ne sert à rien.

Dans ces conditions, que faire ? Montrer les statistiques au client en lui disant « +15% de trafic sur ce mot à intention commerciale, j’ai fait mon job ! », ou voir plus loin ?

Le SEO, le client s’en fiche !

Quand un client vient vers vous, il ne veut qu’une chose : voir son CA augmenter. Que cela soit par le SEO, par le SEA ou par la prière au petit Jésus, seul le résultat financier lui importe. Vous pouvez donc lui présenter tous les chiffres que vous avez sous la main et étayer votre argumentaire, s’il n’est pas rentable, il vous quittera. Le référencement naturel n’est qu’un moyen de parvenir à un objectif, ce n’est pas pas un but en soi.

S’arrêter au seul aspect SEO est pour nous une stratégie limitative, égoïste (si on veut le bien de son client, on l’aide !) et suicidaire, puisque vous perdrez vos contrats. De par son travail et sa connaissance du Web, une agence SEO peut aiguiller un client dans de nombreux domaines complémentaires. Il faut bien avoir conscience qu’un client ne fait pas du référencement naturel pour le plaisir, il le fait pour pouvoir avoir plus de clients et de chiffre d’affaire.

[bctt tweet= »S’arrêter au seul aspect SEO est pour nous une stratégie limitative, égoïste et suicidaire. » username= »seomixfr »]

En d’autres termes, le référenceur doit augmenter le trafic, ou le rendre plus pertinent. Mais dans son travail, il est impératif que ce dernier puisse conseiller son client sur les éléments non optimisés qui lui permettraient d’améliorer le taux de conversion de son site, c’est à dire le pourcentage de visiteurs qui achètent un produit, qui s’inscrivent ou que entrent en contact avec lui.

Les optimisations simples pour augmenter le taux de conversion

Vous pouvez facilement actionner de très nombreux leviers hors SEO qui ont des effets positifs sur le chiffre d’affaires généré ou le nombre de leads. Par expérience, on peut ainsi agir à la fois sur le référencement naturel pour avoir plus de trafic qualifié, tout en optimisant l’ergonomie et le message marketing pour avoir plus de ventes.

Voici quelques exemples de ce qu’il est possible de faire.

Le bouton d’ajout au panier

Un problème récurrent que nous rencontrons souvent est la présence de boutons d’ajout au panier mal choisis. Ce call-to-action doit être le plus visible du site et non, un bouton dans la même couleur que tout le reste du contenu caché en bas de page. Pour un site e-commerce, la modification du bouton (ou de son emplacement) peut avoir des retombées impressionnantes. Si vous en doutez, faites un petit test A/B. De même, travaillez votre page « Panier ». Si l’internaute met 30 secondes pour comprendre où trouver le montant des frais de port ou comment valider sa commande, ne vous étonnez pas que votre taux d’abandon de panier soit si élevé.

À votre avis, quel bouton sera le plus susceptible d’inciter au clic parmi ces deux-là ?

comparaison de boutons d'ajout au panier
Un call-to-action ne doit pas être caché / banalisé !

Inciter à la confiance et être disponible

À l’époque de la démocratisation du Web, la vente en ligne commençait à peine et de grands médiums prédisaient que cela ne marcherait pas. En effet, imaginez : vous achetez à une personne que vous ne connaissez pas, lui donnez de l’argent sans jamais avoir vu le produit et rentrez votre numéro de CB dans l’Internet !

Même si ces prédictions ont été semblables à celles de Paco Rabanne, elles ont une part de vérité. Si personne ne connaît votre société, inspirez confiance. Mettez des coordonnées de contact visibles. En plus d’inciter à la confiance, des prospects pourront vous joindre plus facilement. On peut ainsi afficher clairement la page Contact, vos coordonnées ou encore votre numéro de téléphone.

Soignez également vos pages de présentation de l’entreprise, de mentions légales et créez un FAQ. Si vous avez le personnel pour, insérez un tchat en ligne.

De plus, vous avez tout intérêt à être actif. Animez une communauté sur les réseaux sociaux pertinents dans votre secteur. Essayez également de poster régulièrement des articles de blog ou des conseils dans votre secteur. Vous montrerez de la fraîcheur à Google et à vos internautes, et pourrez plus facilement vous positionner en expert.

gif donald trump
Sachez convaincre les sceptiques.

 

Un formulaire de contact simple

M. X est concessionnaire. Pour que les internautes le contactent, il a créé un formulaire qui leur permet de rentrer en contact avec lui. Les champs obligatoires sont :

  • nom ;
  • prénom ;
  • mail ;
  • situation maritale ;
  • situation professionnelle ;
  • adresse, téléphone ;
  • marque de voiture souhaitée ;
  • état neuf ou occasion ;
  • nombre de places ;
  • diesel ou essence ;
  • nombre de chevaux ;
  • couleur de la carrosserie ;
  • présence d’une reprise ou non ;
  • budget prévu ;
  • demande de prêt ou non ;
  • Etc.

Étrangement, M. X ne reçoit pas de formulaires. Pourquoi ?

Le formulaire de contact remplace un appel téléphonique. Quand une personne vous appelle, savez-vous au moment de décrocher toutes ces informations ? Alors pourquoi exigez la même chose quand vous avez un formulaire de contact ? Certes, le tri dans les contacts et les questions que vous poserez en retour de mail vous feront perdre du temps, mais comme dans tout échange commercial.

Faites des formulaires simples avec peu de questions pour ne pas vous fermer aux personnes en recherche d’informations ou indécises. De plus, le formulaire doit être visible dès le menu principal et non caché dans un lien en « text-decoration:none » sur votre présentation d’entreprise.

Un design compatible avec les attentes des internautes

Dernièrement, nous avons audité un site qui était jaune fluo avec une bannière clignotante pour aller jusqu’au devis. Le client avait bien travaillé son SEO, était un professionnel apprécié par ses clients comme en attestent les avis posés sur son site, mais son taux de rebond était évidemment énorme.

Par conséquent, l’audit ne s’est pas contenté de la trame habituelle et nous sommes sortis de notre casquette SEO pour lui conseiller un travail plus global. À l’écoute, le client a réalisé des améliorations visuelles dès le lendemain et nul doute que les résultats seront là.

Comme n’importe quelle devanture, un site web doit être travaillé graphiquement.

Soignez les photos du site

Nous concevons parfaitement qu’un petit e-commerce ne peut pas réaliser des photographies en 360° pour tous ses produits au lancement du site. Cependant, comment peut-on encore trouver autant de photos floues ou découpées vulgairement avec Paint quand on sait l’importance que revêtent les visuels ?

Votre client peut bien acheter un drap blanc et un appareil photo de qualité puis passer quelques heures de son temps à photographier son catalogue, non ? S’il est récalcitrant, demandez-lui de faire un test A/B. Soignez les visuels de toute une catégorie et comparez son taux de conversion par rapport aux autres.

comparaison de deux photos
À votre avis, quelle photo donne le plus envie ?

Le smartphone, c’est vraiment utile ?

Aujourd’hui, il est impensable de créer un site non optimisé pour les mobiles. Selon le cabinet d’analyse StatCounter, 51.3% du trafic sur Internet mondial a été réalisé via des tablettes ou des smartphones en octobre 2016. Si votre site web n’est pas en Responsive Design, c’est à dire qu’il ne s’adapte pas à la taille réelle de votre écran, vous risquez de faire fuir les visiteurs sur mobile, et donc perdre une partie importante de vos clients éventuels.

Pour être sûr que votre site s’affiche parfaitement sur mobile et qu’il est ergonomique, testez-le et faites-le tester via différents outils en ligne et différents périphériques (tablette, mobile, PC fixe, Etc.).

Affiche ta page, et vite !

Il n’y a rien de pire qu’une page qui met cinq secondes à s’afficher. Vous pouvez avoir un site parfaitement optimisé en SEO, graphiquement beau et ergonomique, il ne sert pas à grand chose si tous vos visiteurs le quittent avant son affichage. En 2015, Amazon et Google avaient réalisé une étude sur les temps de chargement. Le géant de l’e-commerce avait constaté qu’une seule seconde de ralentissement de chargement provoquerait une perte à gagner de 1.6 milliard de dollars par an !

Généralement, sur la plupart des sites de nos clients, de simples optimisations suffisent à obtenir un bon temps de chargement, ainsi que de bonnes pratiques sur les fichiers que vous allez mettre en ligne. On apprécie d’ailleurs particulièrement le plugin WP Rocket dans ce travail pour ceux utilisant WordPress.

capture écran de gt metrix
GT Metrix, un outil pratique pour savoir comment optimiser le temps de chargement.

 

Et si c’était la stratégie de départ qui était bancale ?

Ce point est le plus problématique et surtout, cela dépasse très largement le cadre SEO. Parfois, les entrepreneurs, sûrs de leur idée et persuadés que le Web est le nouvel Eldorado, se lancent dans l’aventure sans réfléchir aux principes de bases du marketing :

  • Quelle est ma cible et quelle est l’importance de la demande ?
  • Comment est la concurrence dans ce secteur ?
  • Les prix fixés sont-ils compétitifs ?
  • Comment puis-je me différencier ?
  • A quels besoins vais-je répondre ?

Quand toutes les réponses sont négatives ou floues, la fusée va exploser au lancement. Cependant, vous pouvez faire prendre conscience au client de son sur-optimisme. Voici deux astuces :

Sortir la liste des mots clés et la tendance du marché

Vous êtes SEO et la recherche des mots clés, notamment lors de l’audit sémantique, est votre dada. Elle ne sert pas qu’à lui donner les synonymes du nom de son produit, mais à montrer la tendance du marché. Trouvez des produits complémentaires ou substituables qui recueillent un nombre important de recherches mensuelles et présentez-lui les chiffres. Ne lui dites pas d’emblée :

Votre projet n’est pas viable, changez de voie.

Mais plutôt

Durant mon analyse de mots clés, nous avons constaté une forte demande pour des produits similaires aux vôtres, il serait peut-être intéressant d’élargir votre offre, au moins à titre d’essai, pour voir à quel point la demande existe.

Optimisez parfaitement la nouvelle page et attendez les résultats. Google Trends est très pratique si vous souhaitez montrer les tendances populaires. Par exemple, cette courbe correspond à la requête « Poker en ligne ». Si votre client veut créer un site d’affiliation sur les principales rooms du secteur, il risque d’avoir du mal. Concurrence très forte, demande en baisse, les joueurs actifs ont déjà leur compte sur les sites leaders, marché pas rentable et régulé (maladroitement) par l’État.

courbe de tendance sur "poker en ligne"
Poker en ligne, le boom est passé…

Comparer les prix avec la concurrence

Beaucoup de magasins « brick and mortar », c’est-à-dire des magasins physiques qui ont pignon sur rue, se cassent les dents en ligne alors que dans leur quartier, tous les voisins viennent acheter chez eux. Ils sous-estiment complètement la concurrence et méconnaissent le Web. L’internaute veut 99% du temps payer le moins cher possible. En quelques clics, il compare les offres et part à la recherche du coupon promo sur Google. L’avantage concurrentiel doit être réel sur le web :

  • Produit unique qui répond à un besoin ;
  • Prix moins cher que la concurrence ;
  • Communication réellement différente ;
  • Image de marque forte.

Un libraire en ligne qui arrive sur le Web avec des prix fixés par l’éditeur, des frais de port en sus et une offre constituée des nouveautés est voué à l’échec tant les leaders du marché sont indéboulonnables (Amazon, Fnac…). Pour le faire comprendre à votre client, vous pouvez faire une comparaison de prix avec la concurrence. Appuyez-vous aussi sur les données Analytics. Si le taux de rebond est élevé au moment où l’internaute découvre le montant du panier, il existe une raison.

Au passage, un petit conseil : portez attention aux frais de port et aux méthodes de livraison. Il s’agit de freins très importants pour le consommateur. Un produit qui vaut 15€ avec des frais de port de 8€, ce n’est pas possible. Vous aurez beau augmenter le trafic qualifié grâce au référencement naturel, cela pourrait ne servir à rien.

panier avec des frais de port prohibitifs
Euh, comment dire… NON !

Bémol : on ne s’improvise pas chirurgien

Ces quelques exemples ne sont pas exhaustifs et démontrent tout le potentiel que peut prendre une prestation SEO lorsque celle-ci cherche à aller plus loin et à répondre au besoin réel du client qui fait appel à lui. Cependant, ne devenez pas un couteau suisse bas de gamme. En tant que SEO, nous sommes toujours atterrés de voir le travail effectué par certaines agences qui se prétendent comme expertes en référencement. Ne soyez pas ce type de société.

[bctt tweet= »Soyez un EXCELLENT SEO, un très bon conseil, mais pas Inspecteur Gadget ! » username= »seomixfr »]

Vous conseillez votre client sur les points que vous connaissez et lui donnez des pistes de réflexion. Après, il vous écoute ou pas, et prend les décisions en conséquence. N’allez pas vous improviser community manager parce que votre client n’est pas présent sur les réseaux sociaux, puis chargé de communication car il organise une conférence de presse ou même expert en logistique pour trouver le meilleur transporteur pour ses expéditions.

Chez l’agence SeoMix, nous avons fait le choix de la spécialisation. Nous n’intervenons qu’en SEO, SEA et en WordPress, car ce sont les domaines que nous maîtrisons. Bien sûr, nous pourrions aussi intervenir sur du Magento ou faire quelques posts sur Facebook, mais nous n’aurions pas alors le même degré d’expertise que dans nos domaines de prédilection. Commencer des prestations dont nous ne sommes pas experts serait renoncer à la qualité.

Soyez un EXCELLENT SEO, un très bon conseil, mais pas Inspecteur Gadget !

Sortir du cadre SEO, oui. Devenir Inspecteur Gdget, non !
Sortir du cadre SEO, oui. Devenir Inspecteur Gdget, non !