La notion de taux de rebond est-elle encore utile?

Publié le 2 juillet 2010 Webanalytics

Taux de rebond

Le taux de rebond  a t-il encore un intérêt en webanalytics ?

En ce qui me concerne, je préférerais troquer un malabar contre l’analyse acharnée du sacrosaint taux de rebond. Mais quand je vois certaines réponses à mon dernier article sur le sujet, la question est entière…

Définition du taux de rebond

Les bases

Un rebond, c’est une visite d’une page, ni plus, ni moins. Voyons maintenant ce qu’en dise deux des mastodontes d’Internet :

Selon Wikipédia et Google

Google Analytics :

« Le taux de rebond est le pourcentage de visites au cours desquelles l’internaute quitte votre site dès la page d’entrée. Ce taux constitue un indicateur de la qualité des visites. Lorsqu’il est élevé, cela signifie généralement que les pages d’entrée sur le site ne correspondent pas aux attentes des visiteurs. Plus vos pages de destination sont attrayantes, plus les visiteurs restent sur votre site et plus vous enregistrez de conversions. »

Wikipédia :

« Le taux de rebond est le pourcentage d’internautes qui sont entrés sur une page Web et qui ont quitté le site après. Ils n’ont vu qu’une seule page. Un taux de rebond élevé peut révéler l’insatisfaction des visiteurs. Il peut cependant aussi indiquer que ceux-ci ont trouvé immédiatement ce qu’ils cherchaient et n’ont donc pas dû tâtonner sur le site »

Et zou, voici déjà la première incohérence : la première définition indique qu’un taux de rebond élevé est lié à la faible pertinence de la page, tandis que la seconde nuance le taux de rebond en indiquant que selon la page où le visiteur se trouve, cela peut au contraire mettre avant la qualité de celle-ci.

Mais entre les deux, c’est celle de Google Analytics qui domine. Donc dans la tête des gens, un taux de rebond élevé, c’est mal… !

Selon Scriptol

Il existe beaucoup de définitions du taux de rebond autre que celle de Wikipédia et de Google. Celle de Scriptol est l’une de mes préférées, même si elle est encore incomplète :

C’est le pourcentage de visiteurs qui quittent le site après avoir consulté une page, donc qui ne désirent pas en consulter une autre. Ce paramètre est essentiel pour savoir ce que les visiteurs pensent de votre site. […] On interprète le taux de rebond en l’associant avec le temps passé: si le rebond est faible mais le temps passé aussi, cela signifierait que les visiteurs ne trouvent pas ce qu’ils cherchent et passent rapidement d’une page à l’autre. Plus le temps passé est long et plus le faible taux de rebond a un sens positif.

Sources : Le taux de rebond (Scriptol)

Le taux de rebond est-il défectueux ?

Il existe plusieurs raison pour lesquelles j’aimerais parfois voir disparaître cette notion (ou du moins qu’on arrête de ne jurer que par elle).

Et un Doublon, un !

Commençons par le commencement, le taux de rebond de Google Analytics est un doublon de la variable « Visites à un page ».

Il y a un truc que je ne comprends pas : pourquoi donner un nom différent à une variable qui existe déjà, et affichez les deux dans l’outil… Il manquait une ou deux cases dans la tête des développeurs de Google, ou est-ce juste la flemme de dire « taux de visites à une page » au lieu de « taux de rebond » ?

Oui, mais votre site, c’est quoi ?

Ensuite, j’en ai marre lorsque j’ose dire que j’ai un rebond 60% sur certains sites, et que l’on me regarde comme si j’avais commis un sacrilège…

Oui, 60%, c’est élevé et non, ce ne l’est pas… Pourquoi ? Tout simplement car le taux de rebond ne peut-être analysé que si l’on connaît le type de site que vous gérez (blog, boutique, site vitrine, portfolio, …).

Un rebond de 60% sur une page produit, c’est grave. 60% de taux de rebond sur la page contact, on s’en fout un peu, non ?

Et les autres variables monsieur ?

Autre point qui rend bancale l’analyse du taux de rebond : le manque de corrélation direct avec les autres variables, comme le temps passé sur la page, les interactions avec les médias (images, vidéo, audio).

Autrement dit, il faut arrêtez de ne parler que du taux de rebond si vous ne parlez pas des autres indicateurs clés de votre site. Dans les super héros du web, « Super taux de rebond » peut toujours se faire éclater par « Super ROI », « Super page contact » et « Super temps passé sur la page ». ^^

Et donc, que fait-on du taux de rebond ?

On le conserve, on l’analyse et surtout, on le croise avec les autres données de votre outil de webanalytics !

Très de plaisanterie et  soyons sérieux : malgré ce que je viens de dire, le taux de rebond est un indicateur important, au sein d’autres facteurs importants de votre site Internet.

Quel est le bon taux de rebond ?

Il semblerait qu’une moyenne classique du taux de rebond soit située entre 30% et 60% de taux de rebond… Mais pour étudier la pertinence de votre site, il vaut mieux analyser cette variable page par page, et/ou source de trafic par source de trafic. On pourra donc :

  • analyser le ROI d’une campagne (adwords, comparateur de prix, affiliation, concours, …)
  • étudier la pertinence d’une page par rapport à la requête de l’internaute (Référencement naturel ou sponsorisé)
  • puis faire les modifications nécessaires

Regardez donc avec attention le taux de rebond de vos pages, et non pas de votre site. Mettez ensuite ce taux en relation avec le temps passé sur l’url, ou les interactions de vos visiteurs (utilisez alors la gestion d’évènements de Google Analytics par exemple).

Améliorer son taux de rebond

Là, le sujet est très vaste, et ce n’est pas vraiment le sujet de cet article. De manière générale, on peut améliorer son taux de rebond :

  • en accélérant la vitesse et le temps de chargement du site
  • en le rendant plus beau et surtout plus ergonomique
  • en ayant un contenu plus pertinent vis-à-vis des besoins de vos visiteurs
  • ou en se positionnant sur d’autres requêtes (si l’expression sur laquelle vous êtes positionné ne correspond pas à vos produits ou services)

Taux de rebond et Google Analytics

Prenez avec des pincettes le taux de rebond de Google Analytics. Il considère un rebond comme une visite de 0 secondes… Donc, si le visiteur reste 20 minutes ou 5 secondes, il sera classé de la même façon.

En modifiant le code de suivi, on peut modifier ce taux selon une durée passée sur la page, tout en conservant le taux de rebond original (comprenez « non modifié »). La solution est ici : Taux de rebond et Google Analytics

PS : ne vous inquiétez pas, je l’aime toujours (un peu) ce taux de rebond.

Daniel Roch

Fondateur, conférencier, auteur, consultant et expert SEO WordPress

16 Commentaires

Xapur Le 02 juillet 2010 à 10h02
Très bon article, j'avoue que je ne regarde pas trop le taux de rebond mais plutôt le temps moyen par visite. La définition de G. Analytics me parait fausse, comme tu l'as pointée: le visiteur qui trouve sa réponse ne visite pas forcément le reste du site, n'empêche qu'il a été intéressé par le contenu !
Louxor Le 02 juillet 2010 à 11h43
Un article qui ne sert visiblement que l'objectif SEO. On ne cherche même la qualité. Berk.
Daniel Roch Le 04 juillet 2010 à 19h32
@ Xapur : enfin quelqu'un qui ne me dit pas que vouloir modifier l'analyse du taux de rebond est une mauvaise chose.

@Louxor : je te demande pardon ? Si tu juges réellement mon article comme manquant d'intérêt, je t'invite à passer ton chemin, ou à rédiger des article plus pertinents comme un grand. En ce qui concerne l'objectif SEo, tous mes articles l'ont... Et ils ont aussi pour objectif de donner un point de vue, susciter le débat ou de filer des ressources (comme certains filtres analytics ou hacks wordpress présents sur ce site).
Jérémy Broutin Le 06 juillet 2010 à 14h10
Merci pour cet article, et je vous rejoins complètement sur la nécessité de coupler l'analyse du taux rebond à d'autres éléments.

Quand au commentaire de Louxor, boaf, surement une personne qui s'ennuie pendant son travail :)
Rémi Le 06 juillet 2010 à 18h26
Merci pour cet excellent article et cette analyse pertinente. Je suis complétement d'accord avec toi.
Grégory Pairin Le 08 juillet 2010 à 10h08
Effectivement taux de rebond pour taux de rebond il n’y a aucun intérêt.

Et je suis encore plus d’accord sur le fait qu’il faut analyser ce site en fonction :

- Type de site : blog, forum, site marchand… (taux de rebond plus haut sur un blog…)
- Source de trafic (trafic non ciblé taux plus haut)
- Type de page : page produit, page éditorial, formulaire d’inscription…

Le taux de rebond est à coupler avec plusieurs facteurs, mais finalement, c’est comme pour toutes les données de web analitycs. Seules, elles ne peuvent rien raconter d’intéressant.
lucie Le 12 juillet 2010 à 14h42
Perso je trouve que le taux de rebonds n'est pas pertinent ou à moins de l'analyser vraiment en détail, selon la provenance du visiteur, le mot clé, la page etc etc etc ... soit beaucoup trop de travail pour finalement pas grand chose ! mon site on l'aime ou on le quitte!
Marie Le 16 août 2010 à 3h05
Merci pour cet article rassurant.
Je gère une boutique en ligne via blog cela sous entend que tous mes produits sont rassemblés sur une unique page. (enfin presque car chaque produit peut être vu indépendamment si on clique dessus. SUper)

On m'a toujours appris qu'en terme d'ergonomie moins les personnes on à cliquer mieux c'est...

"Le taux de rebond correspond au pourcentage d'internautes qui sont entrés sur un site via une page et qui n'en ont pas visité d'autres"

Zut ahah j'aurai du créer des tas de pages alors ;)

(j'espère avoir bien compris)
Daniel Roch Le 16 août 2010 à 9h14
@Marie : si c'est vrai en ergonomie, il faut aussi penser qu'une page doit répondre à un besoin. Donc si une page contient plusieurs produits, le visiteur va forcément se perdre et risque de partir car il ne verra pas les produits situés plus bas, et qui correspondent à son besoin (d'où une augmentation du taux de rebond).
Marie Le 16 août 2010 à 15h28
Bonjour Daniel,

Merci pour cette réponse !

Il faut éviter le scroll, c'est vrai.

Mais je pense qu'on est de plus en plus habitué à descendre en bas d'une page.
Par exemple comme sur celle ou je suis en train d'écrire un commentaire. :p
On aime avoir tout tout de suite (enfin, il me semble).
Je parle en terme de limites raisonnables.

Pour en revenir à ma boutique : si je proposais 500 produits et des marques différentes, une page unique serait évidemment un peu "confuse".

Excellente journée
barbecane Le 16 septembre 2010 à 10h58
L'internaute quitte le site après la page d'entrée: rebond.
Mais GA de son côté ne tient pas compte de la dernière page vue (c'est officiel).
Par conséquent pour quantifier 2 pages il faut en avoir parcouru 3. En parcourir 2 consiste à n'être mesuré que sur une seule.
D'où dans tous les cas un taux de rebond artificiellement gonflé parce que la collecte de données brutes est incomplète.

On est d'accord?
Daniel Roch Le 16 septembre 2010 à 18h57
Euh, je suis pas sûr du tout pour le coup. Pour moi, il mesure un rebond dès qu'il visite une page, sans en visiter la seconde. mais ce qu'il ne mesure pas avec une visite d'une page, c'est le temps passé sur la page en question.
Trevor Le 01 juin 2011 à 0h17
Article très complet sur le sujet.
Cependant la question qui me taraude est de savoir si ce fichu taux de rebond entre en jeu dans le positionnement d'un site dans les résultats google.

Un fort taux de rebond indique (selon Google) un contenu inapproprié. Donc il serait logique de descendre le site dans les SERP non?
Daniel Roch Le 01 juin 2011 à 16h05
Théoriquement, ce serait logique. Sauf que Google est incapable de mesurer le taux de rebond, puisqu'il ne possède pas de tracking sur l'intégralité des sites Internet, donc je doute qu'il prenne en compte le taux de rebond...
Sébastien Le 28 novembre 2011 à 9h28
Je pensais qu'il existait même un 3ème définition, un internaute quittant une page dans les 10 secondes. Ca c'est un vrai "taux de rebond", sinon ca s'appelle une consultation unique non ?
François-Olivier Le 05 septembre 2012 à 10h02
L'article est intéressant. J'ai toujours eu un mal fou à expliquer à mon client qu'il n'a pas UN taux de rebond de X% "ce qui est pas bien".

Pour faire se palucher un client sur le taux de rebond il suffit de lui présenter ses stats SEO Noto. Sur du ecommerce on peut avoir du 5% de rebond global, surtout si les fiches produit sont très mal classées (c'est typiquement le genre de pages sur lesquelles le rebond est important).

Cet indicateur seul est totalement inutile.

Une fois j'entendais un gros compte (xxx millions de CA annuels) me dire que son taux de rebond était très faible et que donc son site devait être super qualitatif... Facile : aucune campagne d'affi en site under, 90% du trafic venait du SEO noto, fiches produit super mal classées. Seules les home et univers avaient des positions intéressante...

Encore un indicateur qui ne se suffit pas à lui même et qui ne peut que servir d'indice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *