Cette question, c’est un débat qui existe depuis des années dans le métier, et qui est relancé de temps à autre par l’un d’entre nous. Si je me pose la question aujourd’hui, c’est justement pour rebondir sur un tweet que j’ai vu passé la semaine dernière :

Loin de moi l’envie de relancer le débat et d’enfoncer des portes ouvertes, mais j’aimerais réellement apporter une réponse étayée sur ce sujet. Cet article s’adresse donc surtout aux clients qui veulent recruter un référenceur et aussi à tous ceux et celles qui veulent se lancer dans ce beau métier.

Oui, le référenceur doit savoir coder

De base, c’est la réponse OUI qui me vient en tête quand on me pose cette question, et pour de nombreuses raisons différentes.

Pouvoir analyser son site

Pour référencer un site, Google a besoin de 3 choses primordiales (je simplifie bien entendu) :

  • un code source propre et compréhensible ;
  • du contenu unique et pertinent ;
  • des liens entrants et donc de la popularité.

Malheureusement, le premier point n’est pas systématiquement bien appliqué. Il existe ainsi des milliers de sites codés n’importe comment et qui souffrent de divers problèmes techniques comme des erreurs 404, des duplications de contenus, des redirections inutiles ou encore des oublis ou erreurs dans les balises du header (pour ne citer que ces problèmes mineurs).

Rien que pour cette raison, je reste persuadé que le référenceur doit savoir coder. Il doit pouvoir comprendre le fonctionnement et le code source de son site s’il veut ensuite pouvoir le corriger. Sans cela, il perd une partie des performances que pourraient lui apporter ses contenus et ses liens entrants. Pire encore, un mauvais code peut tout simplement empêcher Google et les autres moteurs de recherche de correctement indexer le site (et croyez-moi, il y en a des développeurs boulets…).

Comprendre le SEO

L’autre élément qui me pousse à dire qu’un bon référenceur sait coder, c’est qu’il comprendra ce qu’il fait ou ce que ses outils font pour lui.

Il existe pas mal de logiciels gratuits et payants, comme Xenu Link Sleuth ou encore SeeUrankFalcon (que je vous conseille réellement d’acheter ici). Ces outils peuvent vous indiquer ce qui ne fonctionne pas sur sur votre site ou encore vous dire quelles optimisations vous pouvez et devez mettre en place. Mais il y aura toujours une différence entre l’application de préconisations et la compréhension de celles-ci. En sachant développer et/ou lire un code source, vous vous rendez forcément moins dépendant de vos logiciels et applications et surtout vous êtes capable de mesurer l’impact de ces tâches.

Chien qui tape sur un ordinateur
Appuyer sur un bouton, c’est bien. Comprendre à quoi cela sert, c’est mieux.

Développer ses outils

Et enfin, dernière raison qui me fait dire qu’un bon référenceur sait coder, c’est que celui-ci va pouvoir créer et développer ses propres outils, par exemple pour :

  • le suivi des clients et/ou du positionnement ;
  • le scraping de contenu ;
  • le spin ;
  • la détection de problématiques d’indexation ou de trafic ;
  • la mise en place de corrections automatiques en fonction des actions de l’utilisateur ;
  • la création de modules sur-mesure pour la pagination, l’indexation ou encore le maillage interne ;

A moindre niveau, savoir développer permet d’automatiser ou de faciliter certaines tâches, comme par exemple la modification en base de données d’un lien sur l’ensemble de ses contenus, faire des « rechercher/remplacer » rapidement sur ses publications. Bref, savoir coder, c’est utile.

Non, pas forcément…

En réalité, la réponse à donner à cette question ne doit jamais être catégorique, car il y a plusieurs cas dans lesquels un référenceur ne connaissant rien de PHP et d’HMTL peut parfaitement s’en sortir et augmenter le trafic de son site Internet.

Google sait lire du code pas très propre

Depuis que je fais ce métier, j’ai vu des sites se positionner très bien avec un code source très crade, avec des erreurs, de la duplication de contenu, des informations erronées dans le header, … Bref, tout ce qu’on aime et apprécie dans notre travail quotidien.

Google et les autres moteurs de recherche savent très bien lire et comprendre les sites mal conçu. C’est sûr que s’ils étaient optimisés, ils auraient de meilleurs résultats, mais cela n’empêche pas forcément l’indexation des contenus, ni le fait d’obtenir des résultats dignes de ce nom.

Les outils pallient nos défauts

Comme expliqué juste avant, il est préférable de comprendre le code pour savoir ce qu’implique chaque action, correction ou optimisation.

Mais justement, ces outils nous aident à palier nos lacunes professionnelles en nous mâchant le travail à plusieurs niveaux. Certains outils calculent tout et parviennent à faire ressortir les grandes lignes des optimisations à mettre en place. Bref, ils peuvent faire une partie de notre travail sans pour autant comprendre ce qu’ils font.

Les différents métiers du référenceurs

C’est sans doute le point le plus important de ma réflexion : le métier de référenceur n’existe pas, ou tout du moins n’existe plus.

Pourquoi ? Pour la même raison que le terme « Webmaster » a disparu des usages : les métiers qui étaient contenus dans ces termes se sont divisés en postes distincts.

Parmi les référenceurs, on retrouve donc désormais plusieurs spécialités:

  • Rédaction de contenus ;
  • Création de liens ;
  • Audit et conseil ;
  • Formation ;
  • Optimisation technique ;
  • Développement de sites ou de fonctionnalités ;
  • Réseaux sociaux (on s’éloigne, je sais…) ;
  • Analyse de secteur d’activité ou analyse concurrentielle ;
  • Acquisition de trafic au sens large (SEO, SEA, emailing …) ;

Si vous êtes spécialisé dans l’une de ses fonctions, vous pourriez très bien ne jamais avoir besoin de lire ou de développer du code, tout en faisant quand même du référencement et en obtenant parfaitement de bons résultats. Rudy_som en parlait justement il y a plusieurs mois :

Il existe plus un seul métier en référencement, mais plusieurs. Vous aurez ainsi d’un côté des généralistes, pour lesquels je conseille de savoir coder, et de l’autre les spécialistes qui peuvent très bien s’en passer en fonction de leur domaine de prédilection.

En conclusion

Vous l’aurez compris, il n’existe pas de réponse toute faite à cette question.

Oui, c’est un vrai plus de savoir coder quand on est référenceur. Mais après tout, cela dépend du budget de sa société ou encore de la spécialisation vers laquelle on souhaite s’orientier. En plus, certains sont très bon dans la rédaction de contenus et très mauvais dans la création de lien ou l’optimisation technique : a chacun son métier comme le dit si bien l’expression.

La seule chose qui est sûr, c’est que savoir développer pour un référenceur ne peut pas lui faire de mal.

Et vous, quel est votre avis ?