Cet article a été publié il y a plus de 18 mois. Le contenu qu'il propose n'est peut-être plus à jour.

Pour avoir du trafic, il faut être bien positionné dans Google. Mais encore faut-il que les différentes pages du site soient bien présentes dans l’index de Google.

Pour cela, il existe un certains nombre de bonnes pratiques basiques à mettre en place sur son site Internet. Attention, elles ne se valent pas toutes et ne sont pas systématiquement obligatoires.

Indexation sur Google
Toi aussi, tu peux le faire

Ces techniques de base vous assurent cependant un bon maillage interne et une indexation correcte de vos différents contenus dans Google et dans les autres moteurs de recherche.

Indexation et structure du site

N°1- La structure des contenus

C’est la base de la base. Une bonne structure de contenus va permettre à vos visiteurs de naviguer de manière logique et fluide dans tout votre site Internet. Ce qui est vrai pour eux l’est aussi pour les moteurs de recherche. Si la structure est bien conçue, et si vous mettez en avant certains contenus comme les articles récents, vos meilleurs publications ou vos posts mis à jour, vous allez faciliter le travail d’indexation de Google.

En d’autres termes, vous devez être capable de diviser vos contenus en groupes homogènes que vous allez pouvoir mettre en avant (en règle générale il s’agira de vos catégories). Vous aurez dans chacun d’elle des articles dont certains seront mis en avant en fonction des besoins des internautes ou de vos objectifs. Vous pourriez ainsi donnez plus d’exposition à :

  • certaines produits ou services
  • le plan d’accès
  • un tutoriel
  • un article qui fait le buzz

Sur ce sujet précis, je vous conseille un article que j’avais rédigé il y a quelques temps, et qui est toujours d’actualité sur la structure de vos contenus.

N°2- Le maillage interne

Là aussi, c’est une des bases du référencement naturel.

Pour être indexés, il faut que vos contenus soient accessibles. Si votre nouvel article n’apparaît pas sur la page d’accueil, il sera indexé moins rapidement. Il en est de même pour un ancien article que vous venez de mettre à jour et qui peut se retrouver perdu au fin fond de votre site Internet.

Google peut parfois mettre un temps important avant de prendre en compte vos modifications ou vos nouvelles publications. Pour éviter ce désagrément, il faut améliorer votre maillage interne.

Théoriquement, à ce stade là, vos contenus sont bien structurés. Vos catégories sont logiques et contiennent des publications ayant des thématiques proches, tout en mettant en avant constamment sur votre site vos pages clés.

Mais cela ne suffira pas, surtout sur un site qui publie régulièrement ou qui possède déjà beaucoup d’articles. Pour cela, je vous conseille (très) fortement de mettre en place les techniques ci-dessous. Là encore, rien de novateur : c’est la base d’un bon maillage interne, quel que soit le secteur d’activité que l’on cible :

  • un système d’articles relatifs ou de produits associés.
  • avoir un chemin de navigation (vous trouverez ici un code optimisé pour WordPress).
  • créer un module d’articles à la une, des posts les plus commentés ou encore des publications qui viennent d’être mises à jour.
  • créer une page « Plan de site » qui récence tous vos contenus.
Maillage de cables réseaux
Un bon maillage réseau pour indexer votre site

Le but une fois de plus, c’est de faciliter l’accès à tous vos contenus, les plus récents et les plus anciens. et ces systèmes doivent également vous permettre de mettre des contenus ayant une thématique proche, ce qui sera utile à la fois pour le moteur de recherche et vos visiteurs. Là, on va surtout chercher à optimiser l’indexation.

Et si en plus vous voulez améliorer votre positionnement, vous ne devez jamais oublié que le contenu même de vos nouvelles publications doit inclure quand c’est pertinent des liens vers vos anciennes publications. Cela apporte une plus-value au lecteur (comme précédemment dans cet article avec un lien vers un hack WordPress et un autre vers un article sur la structure d’un site), tout en permettant de redonner vie à des articles un peu trop enfouis dans votre site.

N°3- Le fichier sitemap

Le fichier sitemap est un fichier xml qui récence toutes les URL de votre site. Pour être efficace, vous devez le soumettre à Google dans le centre Webmaster. Ainsi, le moteur de recherche va pouvoir connaître d’un seul coup toutes les URL de votre site Internet, et il devrait donc être capable de toutes les indexer.

Sitemap Google
Un exemple de sitemap

Attention, cela ne remplacera JAMAIS un bon maillage interne ou une bonne structure, mais cela va faciliter l’indexation. Sur un site ayant un faible nombre de contenus, ce fichier ne servira à rien. Mais sur des gros sites avec des milliers de pages, cela peut vraiment aider, surtout quand vous prenez en charge l’optimisation en cours de route et que rien n’avait été fait avant…

Les mauvais contenus

A l’inverse des bonnes pratiques, il faut aussi combattre les mauvaises. Là encore, il s’agit des bases du référencement.

N°4-Duplication de contenu interne

C’est une véritable plaie pour le référencement : je parle des contenus identiques que l’on retrouve sur plusieurs pages d’un même site. En soi, Google ne pénalise pas un site pour cela.

Mais plus un contenu sera dupliqué :

  • moins Google va indexer votre site (car il trouvera vos contenus redondants et moins pertinents)
  • plus votre maillage interne est mauvais, car vous ne mettez pas suffisamment en avant les publications importantes.

C’est une plaie sur WordPress (j’en parlais ici), mais c’est malheureusement le cas sur de nombreux autres CMS.

This is WordPress
This is WordPress

Dites-vous bien que dès que vous trouvez un contenu dupliqué, cela n’a pas d’intérêt pour le visiteur. Cela n’en a donc aucun pour le moteur de recherche…

N°5- Les mauvais formats

Deuxième grand freins dans les mauvaises pratiques à bannir : les contenus mal générés ou illisibles. Google est un moteur de recherche parfois capricieux : il n’arrive pas toujours à lire correctement certains formats.

Pour faciliter l’indexation de votre site, il faut donc bannir le flash (qui est illisible pour Google). Il est aussi conseillé d’éviter

  • les PDF (qui sont indexés mais qui ne remplaceront jamais une vraie page avec du contenu texte)
  • le javascript (qui lui aussi commence a être interprété mais pas toujours de manière optimale)

Dans les bonnes pratiques d’indexation, pensez aussi à la balise Alternative pour vos images, de manière à pouvoir expliquer concrètement de qui « parle » l’image.

N°6- Les liens externes

Dernière bonne pratique de l’indexation : la création de backlinks. On peut dire ce que l’on veut, mais le contenu seul d’un site ne suffira jamais à être indexé, et encore moins à être bien positionné.

Certes, vos articles doivent être pertinents et uniques. Oui, votre site doit être correctement conçu et paramétré. Il est aussi évident que votre structure et votre maillage interne doivent être efficaces et bien pensés. Mais cela ne vous dispensera JAMAIS de créer des liens vers votre site. Les liens vous apporteront plusieurs choses :

  • de la popularité
  • de la « crédibilité »
  • une meilleure indexation
  • du trafic, et donc des clients…

Et si vous alternez correctement les liens vers votre page d’accueil et des pages profondes, vous aurez tout compris pour pouvoir correctement indexer tous vos contenus.

En conclusion

Vous l’aurez compris : tout ce qui est dit ici fait parties des bases d’une bonne indexation pour Google et les autres moteurs de recherche. Il s’agit purement et simplement de bon sens, et pourtant de nombreux sites sont très loin de respecter ces standards.

D’ailleurs, en parlant de fondamentaux du web et/ou du SEO, je vous conseille aussi la lecture de l’article « Sites web : ne négligez pas les fondamentaux » paru cette semaine par RenardDuDesert chez Axenet.

Sources images :