Chronique d'un fail, par SeoMixJ’ai publié il y a quelques semaines un article sur des accroches efficaces pour faire le buzz. Mais comme certains ont pu le constater, l’article avait été fortement tronqué quelques heures après sa publication.

Issu de la traduction d’un article anglais, ce post avait été diminué pour deux raisons :  une autorisation qui n’avait pas été accordée par l’auteur (qui n’a répondu qu’au bout de 3 relances), et surtout, un article qui n’est théoriquement accessible que via une inscription par email.

Comment en suis-je arrivé là, et que faire pour réparer les dégâts ? Chronique d’un fail, par SeoMix.

L’histoire d’un fail

En discutant avec plusieurs Twittos et en parcourant le web, je me suis rendu compte qu’un article sur de bonnes accroches à utiliser sur Twitter ou Facebook serait intéressant. Mais ce n’est pas mon domaine de prédilection. Je pars donc à la recherche d’infos intéressantes, et grâce à Google, je tombe sur un excellent PDF de Chris Garrett sur le sujet.

Je le contacte donc pour demander l’autorisation de traduire le tout, mais il ne répond pas, par deux fois… En général, au bout d’un mois sans réponse, et sans indication contraire sur le site, je me permets de traduire l’article, toujours en citant ma source et en faisant un backlink. C’est ma vision des choses (qui est loin d’être parfaite, je vous l’accorde). C’est ainsi que l’article 105 accroches pour buzzer a vu le jour.

Là où tout commence à déraper, c’est 10 minutes après la publication de mon article. Mar1e est la première à tweeter ce nouveau post, qui commence déjà à se répandre sur Twitter. Mais 5 minutes après, je vois apparaître ce message de Manga59:

Abusé, pas de lien retour et il pompe tel quel l’ebook qui est donné en échange d’un mail !!!

Interpellé, je lui demande donc de quel échange de mail il parle, et lui redit qu’un lien retour est déjà présent dans l’article. Il me répond que cet ebook n’est théoriquement accessible qu’après une inscription par email, et que sur le web, ce n’est pas parce que l’on trouve que l’on peut utiliser.

Je devrais d’ailleurs être le premier à le savoir, puisque que SeoMix est en licence Creative Commons. Je tronque donc une bonne partie de l’article, et relance l’auteur. Celui-ci me répond finalement dans le courant de la journée, et je remets donc mon article dans son état initial.

4 problèmes => 4 solutions

Le problème a été multiple, à la fois par ma faute et par celle de l’auteur original de l’ebook.

Une impatience à toute épreuve

Le 1er fail est entièrement de ma faute, et est causée par mon impatience: ne voulant pas le relancer pendant des mois en espérant une éventuelle réponse, j’avais décidé de publier l’article au bout d’un mois sans réponse de sa part. Là, je m’en mords les doigts et je ne recommencerai pas.

Pas de réponse = pas d’autorisation.

Heureusement pour moi, l’auteur a finalement répondu rapidement à ma dernière relance, ce qui m’a permis de remettre l’article en place le jour même. Promis, plus jamais je recommencerai.

Une méconnaissance de l’indexation

Le 2ème fail est celui de l’auteur, et de Google. Théoriquement, je n’aurais jamais dû avoir accès à cette ressource sans m’inscrire par email. Ce qui veut dire deux choses :

  • soit l’auteur a mal conçu son site, et a laissé « trainer » un lien vers la page contenant le pdf (via un lien, un fichier sitemap ou autre)
  • soit un tierce personne avait fait un lien direct vers la ressource, permettant son indexation.

Dans les deux cas, des solution existent pour pallier ce souci : un fichier robots.txt bien rempli, ou une balise meta noindex. Le plus simple est le fichier robots.txt que vous aurez placé à la racine de votre site. Ajoutez-y ce code :

User-agent: *
Disallow: /url-a-ne-pas-indexer

#pour conserver les publicités Adsense
User-agent: Mediapartners-Google
Allow: /

On peut faire la même chose dans le code source de vos pages en ajoutant ce code dans vos header :

<meta name="robots" content="noindex">

Aucune référence à une éventuelle inscription

3ème fail, moins grave, est celui de la landing page du PDF.

L’auteur voulait constituer une base de donnée qualifiée, en échange de quoi il donnait accès à son PDF : un simple échange de bons procédés.

Mais son erreur est toute bête : la page contenant le lien vers la ressource ne fait plus du tout mention de cette inscription. Celui qui comme moi y accède directement ne peut donc pas savoir que ce fichier n’est accessible que via une inscription par email.

If you want to get more clicks and bookmarks then you will need to be able to create killer headlines. Download this free PDF that contains 102 fill-in-the-blanks, tried and tested headline formulas.

Comme on peut le constater, aucune référence à l’inscription. Il insiste même sur le « Free PDF »…

Un lien vers la source trop peu visible

Le dernier fail est de ma faute et de celles des lecteurs.

Un lien vers la ressource était bel et bien présent dans mon article, mais pas assez visible à priori. Il faudra donc que j’améliore la visibilité des sources sur mon site.

En même temps, les internautes lisent de plus en plus vite et en diagonale: il est donc facile de manquer un lien dans un contenu texte…

Que peut-on apprendre de ce fail ?

J’ai rarement traduit des articles anglais pour publier sur SeoMix. Ca devait être le troisième si je ne dit pas de bêtises, et je ne pense pas en refaire de sitôt : comme on peut le constater, il y a eu un souci avec celui-ci (qui m’aura cependant permis de rédiger ce petit article).

Ce qu’il faut retenir de ma mésaventure, c’est qu’il ne faut jamais se précipiter, et toujours être à l’écoute de ses visiteurs.

Etre à l 'écoute : la clé du succès
Etre à l ‘écoute est la clé du succès