Qui imagine un plombier venir changer votre robinetterie sans un tournevis ? C’est la même chose pour un consultant SEO et l’audit de référencement. Pour réussir votre audit et ne pas louper les informations essentielles, il est impensable de le faire complétement à la mano. Vous allez devoir utiliser plusieurs outils. Voici une liste de ceux que nous apprécions utiliser.

Rechercher les mots clés : Yooda, Semrush…

Connaître le domaine dans lequel évolue le site que l’on audite est un préalable. Pour cela, des échanges avec le client sont obligatoires. Apprenez quelle est son offre, ses avantages concurrentiels, sa cible, ses concurrents, etc. Grâce aux informations récoltées, vous pourrez effectuer votre recherche de mots clés pour trouver ceux qui vont convertir et définir une arborescence logique et fluide pour la cible.
Nous apprécions particulièrement Yooda et Semrush pour cette tâche. Leurs bases de données sont énormes et il est très facile de collecter des mots clés, de les exporter puis de les trier sur Excel.

Vous pouvez aussi récolter des mots clés via le site audité, notamment en trackant dans Google Analytics les recherches internes faites par les visiteurs et en regardant les données de recherche sur Google Search Console.

N’hésitez pas à ajouter lors de votre audit des idées de contenus, plutôt que de simples mots clés. Pour cela, Answer The Public est très intéressant.

Yooda pour trouver des mots clés
Yooda, une recherche de mots clés simplifiée.

Outre la recherche des mots clés, analysez les positionnements actuels du site. S’il est dans le top 3 de Google sur 2000 mots, ce n’est pas pareil que s’il n’est jamais sur la première page. Yooda et Semrush ont aussi cette fonctionnalité, de même que des outils de suivi de positionnement comme My Poseo, Ranks ou Monitorank.

Analyser la popularité du site : Majestic, Ahrefs…

Si vous êtes un peu informés sur le référencement naturel, vous savez déjà que la popularité acquise par les liens externes est un facteur déterminant pour bien positionner un site. Dans tout audit SEO, il doit y avoir une partie sur le profil de liens. À cette étape, il ne s’agit pas seulement de dire que le site a peu ou beaucoup de liens, mais de véritablement définir le profil et d’établir l’impact des liens :

  • Quelle proportion de liens avez-vous en « nofollow » ?
  • Quelles sont les ancres utilisées ?
  • Vos domaines référents sont-ils de qualité ?
  • Serait-il préférable que certains liens n’existent pas ?

Manuellement, il est impossible de faire une telle recherche et la commande « link » de Google est complétement bridée. Plusieurs outils sont spécialisés dans la collecte des liens, mais notre préférence va à Majestic. Vous pouvez cependant utiliser Ahrefs ou alors vous référer, encore une fois, aux données de votre compte Search Console en allant dans « trafic de recherche >> liens vers votre site ».

Copie d'écran de l'outil majestic SEO
Le profil de liens : une étape indispensable à tout audit.

Auditer techniquement le site web : crawler, analyse de logs, extensions …

L’audit technique est la partie la plus complexe d’un audit SEO, notamment sur certains sites où tout semble développé de travers. Autant il est très facile de déterminer si une balise Title est optimisée, autant il est parfois compliqué de comprendre réellement comment toutes les taxonomies créées fonctionnent sur le site ou de déceler en un coup d’œil que des paramètres d’URL génèrent des dizaines de pages inutiles. Pour y parvenir, vous pouvez vous appuyer sur plusieurs outils.

Les crawlers : Screaming Frog, Xenu…

Le crawler explore votre site web comme le ferait Googlebot et vous remonte les informations. Attention, ne vous contentez pas de regarder si les balises sont bien remplies ou qu’il n’y a pas d’erreurs 404. Allez plus loin. Trouvez le contenu dupliqué, regardez ce que bloque le robots.txt, analysez la pertinence des canoniques, vérifiez le blocage de l’indexation des paramètres d’url…

Parmi les outils disponibles, nous vous conseillons Xenu et Screaming Frog. L’avantage de Xenu est sa gratuité. Son interface peu attrayante au premier regard s’oublie dès que l’on exporte les fichiers sur Excel où il devient facile de trier et d’obtenir les données que l’on recherche.
Screaming Frog est, lui, beaucoup plus visuel et intuitif. Très rapidement, vous pouvez déceler des freins majeurs à un bon référencement. Les tarifs sont assez élevés. La version gratuite autorise un crawl de 500 URL, ce qui est insuffisant pour beaucoup de sites. La version payante est à 149£ par an et par ordinateur.

Malgré tout, l’investissement en vaut la chandelle. Petit conseil, consultez les tutoriels du site et/ou le compte Twitter de son créateur, Dan Sharp. Des astuces sont à découvrir et vont vous permettre de voir réellement la puissance de l’outil.

rapport du crawler screaming frog
Le crawler, le couteau suisse de l’audit SEO.

L’analyse de logs : Oncrawl, Botify

Nous utilisons l’analyse de logs pour les gros sites audités. Elle permet, en recoupant avec d’autres données, de trouver des pages peu crawlées par Googlebot ou au contraire celles souvent crawlées alors qu’elles n’ont pas d’objectif SEO.

Techniquement, l’analyse de logs nécessite un véritable savoir-faire, car s’il est facile de récolter les infos, il est beaucoup plus compliqué de les faire parler.

Il existe plusieurs outils comme Oncrawl ou Botify. Avant de choisir votre offre, étudiez bien vos besoins (nombre d’URL, nombre de sites…).

Les performances du site web

Le temps de chargement n’a pas un impact considérable sur le positionnement. Cependant, ce critère importe tout de même et peut avoir de forts effets sur la conversion. C’est pourquoi dans les audits de nos clients, nous l’analysons. Pour cela, GT Metrix reste la référence que vous pouvez compléter avec Google Speed Insights. Ils vous diront les axes d’amélioration.

Pensez aussi à regarder la performance et l’affichage sur mobile avec le test d’optimisation mobile de Google.

analyse d'un site sur gt metrix
Connaissez les performances de votre site et améliorez-les.

Les extensions et les bookmarklets pour auditer le site

Lors d’un audit, la majeure partie de votre temps doit être consacrée à la recherche et à l’explication des solutions. Pour y parvenir, vos actions de diagnostic doivent être organisées et rapides. Pour vous aider à atteindre cela, nous ne pouvons que recommander l’utilisation d’extensions ou de bookmarklets.

Une des meilleures extensions est Web Developper. En deux clics, vous obtenez :

  • La structure Hn de la page ;
  • L’affichage avec le JS ou le CSS désactivé ;
  • Le code de réponse de l’en-tête http ;
  • La validation W3C du code HTML ;

L’extension est gratuite. Installez-la et vous l’adopterez. Il existe de nombreuses autres extensions. Faites vos recherches pour dénicher celles qui vous rendront service. Pensez à bien les ranger sur votre navigateur pour éviter le sapin de Noël où l’on ne trouve jamais ce que l’on cherche.

Les bookmarklets sont des petits bouts de code en JavaScript stockés sur votre navigateur au niveau des favoris. Vous cliquez dessus et il exécute le code. Tapez « bookmarklets seo » sur Google et vous trouverez tout ce dont vous avez besoin et gagnerez de précieuses secondes à chaque action.

Tester ses microdonnées

Les microdonnées (microdatas) sont à généraliser sur votre site web. Ils ne perturbent nullement les internautes qui ne les voient pas et permettent :

  • D’être mieux compris par les robots ;
  • D’avoir un meilleur aspect dans les pages de résultats.

Nativement, peu de thèmes proposent ces balisages et vous devez les rajouter. Mais, leur insertion n’est pas toujours facile pour une personne peu calée en développement. Pour vérifier leur présence et/ou leur bonne intégration, utilisez l’outil de test des données structurées de Google.

test des microdonnées sur google
Des microdonnées correctement implantées existent-elles sur le site ?

Visualiser la structure du site et le maillage interne

Le maillage interne est typiquement l’action que vous ne pourrez pas mesurer avec un crawler ou une simple navigation sur le site. Vous allez, certes, constater que certaines pages récoltent plus de liens que d’autres, mais déterminer avec précision comment est fait le maillage interne nécessite un graphique.

Deux solutions s’offrent à vous. La première est gratuite et nous vous l’avons déjà présentée dans un précédent article, il s’agit du logiciel Gephi. Son utilisation n’est pas facile pour un débutant et un tutoriel est nécessaire pour comprendre rapidement le fonctionnement. De plus, il a tendance à être en surrégime pour les sites de taille importante.

Dans ce cas, nous vous conseillons de vous orienter plutôt vers un outil payant comme cocon.se.

Connaître la pertinence sémantique des pages

Pour avoir des pages réellement optimisées, il ne suffit pas de mettre le mot clé principal dans la balise Title, l’URL et un Hn en espérant que la sauce prenne toute seule. Les textes doivent impérativement respirer le sujet. Si vous parlez d’un « professeur de français », on doit retrouver des termes comme apprentissage, éducation, école, cours, leçons, élèves, orthographe, grammaire, devoirs, contrôles, dictée… On ne peut réduire une thématique à un seul mot.

Lors d’un audit, vous devez informer le client sur la pertinence de son langage. Prenez quelques pages importantes du site et analysez-les avec un outil comme 1.fr. Celui-ci vous donnera une indication sur la qualité lexicale de la page.

analyse sémantique 1.fr
88%, un excellent résultat sur 1.fr.

 

Diagnostiquer le contenu dupliqué interne et externe

Les contenus dupliqués sont un fardeau pour le référencement, qu’il soit interne ou externe. C’est pourquoi lors d’un audit, vous avez tout intérêt à vérifier s’il y a de la duplication. Un crawler comme Screaming Frog vous indique si des balises Title sont dupliquées, mais ne peut rien faire pour vous s’il s’agit de blocs de texte importants repris sur une majorité d’URL. Dans ce cas, utilisez Copyscape.

Pour le contenu dupliqué externe, il y a toujours la technique qui consiste à copier/coller des parties de textes issus de votre site sur Google. Gratuite, elle prend du temps, mais s’avère efficace. L’autre solution est de prendre quelques crédits sur un site comme Kill Duplicate.

Analytics : bien évidemment !

Se passer de Google Analytics serait comme aller à l’école sans trousse. Votre voisin pourra vous passer quelques crayons, mais vous n’aurez pas tout ce dont vous avez besoin. Avec Google Analytics, regardez en un coup d’œil :

  • Les pages qui n’enregistrent aucune visite ;
  • Les pages qui ne convertissent jamais ;
  • Les pages qui font fuir vos visiteurs ;

Avant de faire cette analyse, vérifiez bien que toutes les pages possèdent le code de tracking Analytics. GA Checker fait parfaitement l’affaire.

Vérification de la présence du code analytics avec google
Vérifiez bien la bonne implantation de votre code Analytics.

Faut-il vraiment tous ces outils pour faire un audit ?

Oui ! Vous ne trouverez jamais un seul outil capable de vous faire un audit complet, qu’importe les promesses que l’on peut voir sur les audits en ligne. Si vous êtes un petit éditeur de sites peu monétisés, une formule gratuite (Xenu + Analytics + Search Console + UberSuggest + WP Backlinks) fera l’affaire. Mais, si vos objectifs sont réels, le recours à des logiciels payants devient obligatoire. La liste d’outils que nous vous avons proposé n’est pas exhaustive. Des dizaines d’outils sont sur le marché. C’est à vous d’essayer, en version gratuite ou en prenant un abonnement court, et de définir s’ils répondent à un besoin précis.

Cependant, avoir les bons outils ne fait pas tout. Savoir les utiliser ou connaître les points méritant une réparation est obligatoire. Si vous n’êtes pas sûr de vous, faites réaliser l’audit par une agence SEO. Son expertise vous permettra de partir sur des bases saines et de corriger en profondeur votre site web.